Marketing collaboratif (le dico du marketer 2.0)

Le marketing collaboratif (ou participatif) prend sa source dans le Pinko marketing :

  • Concentrez-vous sur les messages entrants plutôt que sur les messages sortants. La nouvelle pyramide de l’influence migrera en partant des amateurs -> enthousiastes -> veux-en-être -> experts, plutôt que l’inverse.
  • Soyez un avocat des communautés.
  • Efforcez-vous d’être à 100% authentique.
  • Servez vous des marchés de niche. La « Longue Traine » (Long Tail) est faite de millions de personnes qui ne sont pas dans une cible démographique. La concurrence la plus féroce est dans la phase de marché adopteur/niche. Afin de parvenir à la « Longue Traine », vous devez répondre aux besoins des adopteurs.
  • Utilisez des principes open-source. Fournissez aux consommateurs du choix, accueillez-les dans le processus de développement et englobez publiquement leurs contributions.

Ici le marketing ne se fait pas sans le consommateur. « Les marchés en réseau commencent à s’organiser plus vite que les entreprises qui les ont traditionnellement ciblés. Grâce au Web, ces marchés deviennent mieux informés, plus intelligents et plus demandeurs en qualités » (Le Manifeste des évidences).

Le consommateur connaît finalement mieux le produit que le chef produit qui en est responsable ! Le premier consomme le produit, ce qui n’est pas forcément le cas du second.

En partant de ce principe, le consommateur serait finalement plus légitime que le marketer pour élaborer le marketing d’un produit. Au minimum, le consommateur doit donc collaborer avec les services marketing des sociétés. Le marketing, lorsqu’il est collaboratif ou participatif devient ainsi « conversation » !

Nous menons par exemple une très belle opération de marketing participatif avec crmmetrix pour le compte de Heineken / Desperados

Une plate-forme Web permet à des consommateurs sélectionnés de converser librement avec la marque sur différentes thématiques liées à Desperados.

Desperados

PARTAGEZ CET ARTICLE :

L’Empowered Consumer a définitivement pris le pouvoir sur les marques !

Les marques n’ont qu’à bien se tenir !

Les consommateurs, « acheteurs cognitifs et intelligents » ont, à côté des blogs, de plus en plus d’outils à leur disposition pour comparer, discuter, commenter, critiquer et finalement sélectionner les produits ou services de leurs choix en toute connaissance de cause.

Parmi les plus connus : ciao.fr, Kayak, BizRate, Shopzilla

Mais un petit dernier vient de voir le jour : « Get Satisfaction ». Et là attention, il pousse la logique jusqu’au bout. Tout le monde peut poser des questions, soumettre des suggestions, alerter d’un problème, discuter au sein de sa communauté d’intérêt. Les entreprises peuvent bien évidemment s’immiscer dans les conversations et donner des réponses aux questions posées. Mais elles ne sont plus les maîtres du jeu.

Get Satisfaction est donc, à notre avis, un exemple remarquable des profonds changements qui s’opèrent actuellement.

Encore en béta, la plate-forme souffre d’un manque consternant d’ergonomie et de simplicité, notamment pour créer un compte. Si le succès est au rendez-vous, les utilisateurs ne se priveront pas de leur faire savoir directement sur leur plate-forme.

Pour conclure, si vous souhaitez vous exprimer sur kinoa, nous donner vos feedbacks ou tout simplement nous suggérer de bonnes idées, c’est par ici

GestSatisfaction Kinoa

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Votre chef de projet digital disponible immédiatement !  Cliquez ici pour voir son profil

 

Marketing citoyen (le dico du marketer 2.0)

Marketing citoyen : il ne s’agit pas ici de marketing au sens stricte du terme, car celui qui produit est également celui qui consomme !

L’entreprise n’ayant ici qu’un rôle de fournisseur d’une plate-forme d’intermédiation entre consommateur/producteur et producteur/consommateur.

Les quelques exemples phares sont YouTube, DailyMotion, Wikipédia, Facebook, Twitter, MySpace

Le business model de ces entreprises n’est pas encore assuré, mais est-ce bien important ?

Dans tous les cas, la valorisation de la plupart de ces nouvelles plates-formes démontre que le marketing citoyen a de beaux jours devant lui.

Un exemple de marketing citoyen avec le Twitter kinoa :

Twitter Kinoa

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Marketing de l’offre (le dico du marketer 2.0)

Le marketing au sens classique est un marketing de la demande, s’appuyant sur des attentes recensées auprès du marché (Wikipédia).

Le marketing de l’offre consiste à utiliser les techniques marketing pour assurer et favoriser la commercialisation de biens et de services issus d’un processus de création et de développement qui n’a pas forcément pris en compte les attentes et les besoins des consommateurs potentiels.

Dans le premier cas, l’entreprise interroge un panel de consommateurs pour connaître les besoins de la masse. Toutefois, la « masse » n’ayant plus vraiment de besoin, le marketing de la demande conduit finalement les industriels à se substituer à leurs clients pour définir leurs propres besoins et imposer leurs produits.

Dans le second cas, les entreprises partent du principe que les consommateurs n’attendent plus rien de précis. Leurs souhaits les portent à exiger, détourner, ré-inventer, contester, suggérer, commenter… Le marketing de l’offre fonctionne donc en opposition au marketing de la demande. Ce qui compte ici, ce sont des notions telles que l’honnêteté, la sincérité, la fiabilité des produits et l’engagement citoyen de l’entreprise. Ce qui ne veut pas pour autant dire que les entreprises doivent concevoir des produits « au pif », bien au contraire elles doivent s’inscrire dans les tendances du moment, écouter et comprendre les insight des consommateurs, repérer les signaux faibles sur le Web, animer des communautés, etc.

La réussite d’un nouveau produit passe ainsi par son inscription sur une tendance sociétale porteuse.

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Avec « Le Post », Le Monde nous fait participer ! Vous y allez ?

Sortie discrète pour le tout nouveau site d’actualités participatives : Le Post – le mix de l’info !

Réalisé par Le Monde Interactif, ce site Web joue à fond la carte de la participation en l’ouvrant très largement aux publications des Internautes.

lepost.jpg

Le site offre à ses utilisateurs toute la panoplie des « fonctionnalités participatives et communautaires » à la mode : création de sa page perso, adhésion ou participation à des groupes, personnalisation de la une avec les thèmes ou les « posteurs » de son choix, publication d’images, vidéos, diaporamas, votes (subtilement transformés ici en encouragements), commentaires…

La cible visée semble être pour l’instant la tranche d’âge 20/30 ans.

En dehors des mentions légales, la marque Le Monde est quasiment invisible.

Est-ce un simple coup d’essai pour Le Monde ?

Nous vous laissons vous exprimer :

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Consommacteur (le dico du marketer 2.0)

Consommacteur (ou consom’acteur) : Selon Wikipédia : « Un consommacteur (mot-valise formé de «consommateur» et «acteur») est une personne qui à la fois reçoit et crée des informations, activités ou biens. »

Ce terme puise sa source dans le commerce éthique et l’alter consommation. Le consommacteur est un être responsable et militant qui n’hésitera pas à boycotter une marque ou ses produits si ces derniers ne sont pas écologiques par exemple.

Mais avec l’Internet 2.0, le consommacteur ne se limite plus à ne pas acheter tel ou tel produit. Il communique et partage ses avis. Il critique ou alerte les autres consommateurs via blog, forum ou autre réseau social. Il rencontre d’autres consommateurs qui partagent les même opinions ou qui font face aux mêmes galères.

En d’autres termes, il agit et prend le pouvoir !

Thierry Maillet revendique la paternité de ce terme. Pour en savoir plus sur la notion de consommacteur, nous vous recommandons son blog et la lecture de son excellent bouquin « Génération participation : Consommer ne suffit plus pour donner du sens, participer est devenu une exigence !« .

François Laurent, lui préfère parler d’Empowered Consumer dans un article à lire ici.

PARTAGEZ CET ARTICLE :

User Generated Advertising (le dico du marketer 2.0)

User Generated Advertising : publicité générée par le consommateur.

Sur le même principe que le UGC (voir notre billet précédent), la publicité est désormais créée par les consommateurs eux-même.

Selon l’American Marketing Association, cette nouvelle tendance intéresse fortement les annonceurs car les consommateurs seraient plus réceptifs aux publicités créées par leurs pairs que celles conçues par les agences spécialisées.

Le principe reste très simple, les annonceurs déposent leurs briefs sur des sites spécialisés (BlogBang ou SuperVirals, par exemple), les internautes y soumettent leurs créations et votent pour celles des autres.

La publicité gagnante peut alors être diffusée par l’annonceur et le gagnant être rémunéré pour sa prestation.

Pour en savoir plus sur ce sujet, un bon billet se trouve ici.

SuperVirals

PARTAGEZ CET ARTICLE :

User Generated Content (le dico du marketer 2.0)

User Generated Content : contenu généré par les utilisateurs.

Grâce aux avancées technologiques, l’Internaute peut désormais très facilement réagir, critiquer, filtrer les contenus qu’il consulte, voire même produire du contenu et devenir ainsi un « média » à part entière.

Il s’agit d’un phénomène social, créant et distribuant du contenu vers la communication multicanale, totalement décentralisé, sans autorité formelle, avec une totale liberté de partage et d’utilisation.

Autrefois, le contenu était créé par des entreprises et fourni tel quel aux consommateurs qui n’avaient pas le moyen de réagir (ils étaient passifs). Aujourd’hui, le contenu est produit par tout un chacun, que ce soit sur des sites personnels, des blogs, dans les médias traditionnels ou encore sur des supports mobiles.

Sites comparateurs, forums, blogs…l’information est désormais partagée, challengée, à la faveur du consommateur qui reprend le pouvoir sur les marques. Wikipédia, YouTube, Facebook, journalisme collaboratif… le web 2.0 et les sites de « user-generated contents » placent désormais le consommateur en posture d’acteur, et non plus seulement de récepteur.

Exemple : AgoraVox : le média citoyen. Sur AgoraVox, quiconque peut devenir journaliste !

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Nouveaux usages, nouvelles méthodes, nouvelle terminologie : le dico du marketer 2.0

Avec l’avènement de l’Internet seconde génération (le Web 2.0), de nouveaux usages sont très vite apparus rendant totalement obsolètes les anciens repères du marketer.

Pour certains, le marketing « à la papa » serait déjà mort (« Marketing is dead » – François Laurent), alors vive le marketing 2.0 !

Oui mais… Read/write Web, consumer insight, search marketing, UGC… connaissez-vous réellement ces nouveaux termes indispensables aux marketers ?

Il nous a semblé intéressant de publier un petit glossaire des principaux termes que tout professionnel du marketing et de la communication devrait parfaitement maitriser en cette rentrée scolaire 2007.
Nous publierons dans cette catégorie « Marketing 2.0 », une définition par jour
(enfin nous tenterons de tenir le rythme :).

Vous pouvez bien évidemment réagir, proposer, commenter et critiquer.
Si vous souhaitez simplement recevoir les définitions sur votre boite mel, entrez votre adresse dans le champ suivant :

Le glossaire :

PARTAGEZ CET ARTICLE :