Catégorie : Points de vue

Affectation des bugdets marketing dans les médias sociaux en 2010 ?

Pour la première fois depuis 23 ans, Pepsi ne fera pas de publicité durant le Super Bowl ! Pepsi va par contre investir 20 millions de dollars dans les médias sociaux avec son projet « The Pepsi Refresh Project« . Je reviendrai sur cette initiative certainement dans un futur billet.

Il était donc intéressant en ce début d’année de savoir si ce cas va rester isolé ou si au contraire il annonce un mouvement de fond vers les médias sociaux ?

D’après MarketingSherpa, ce serait la seconde hypothèse qui prévaudrait. En effet, une écrasante majorité d’entreprises devrait augmenter leurs budgets alloués aux médias sociaux.

Le graphique ci-dessous montre les décisions d’investissement par secteur d’activité. Le retail et l’ecommerce devraient être les champions de l’investissement dans les médias sociaux en 2010 !

Le graphique suivant montre quels seront les objectifs recherchés suite aux investissements réalisés en fonction de la maturité de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Le graphique ci-dessous offre une vue tridimensionnelle des tactiques du marketing social. Les efforts (temps et ressources) nécessaires pour mettre en œuvre une tactique peuvent venir contrebalancer le potentiel de cette tactique dans le choix de son utilisation.

On voit bien ici que le potentiel le plus élevé est représenté par les « opé blogueurs« , mais que cette tactique ne sera pas nécessairement utilisée par beaucoup d’entreprises à cause des efforts importants qu’elle nécessite.

Selon E-marketer, Facebook devrait tirer son épingle du jeu tandis que MySpace devrait poursuivre son déclin.

Toujours selon E-marketer, les entreprises devraient affecter 60% de leur budget consacré au web social en interne pour développer des blogs, du contenu, participer au médias sociaux tels que Twitter et Facebook, et mesurer le ROI de leurs investissements. Le reste devrait être dépensé auprès des agences afin d’être accompagné dans leurs démarches.

Identité numérique & vie privée : 2 notions antinomiques ?

Alors que la révolution sexuelle avait bouleversé nos moeurs au début des années 70, le Web social serait-il en train de reléguer la notion de vie privée à un simple concept totalement ringardisé et réservé aux vieux cons ?

C’est en substance le thème abordé par un excellent article publié en 2009 sur InternetActu.net : « La vie privée, un problème de vieux cons ?« .

Jean-Marc Manach auteur de cet article se demandait si les jeunes (les digital natives) ont perdu toute notion de vie privée en s’exposant sur le Net de manière impudique voir exhibitionniste.

Dans son nouvel article « Vie privée : le point de vue des « petits cons« « , Jean-Marc Manach essaye de comprendre pourquoi et comment les jeunes qui ont grandi avec le Net évoquent aussi facilement leurs vies privées dans des espaces publics sans aucune retenue.

Nous serions face à la plus importante fracture générationelle depuis des décennies : « l’une cherche (les vieux cons) à protéger sa vie privée de manière quasi-obsessionnelle, l’autre (les petits cons) sait à peine ce qu’est la “vie privée“.

Les adolescents ayant grandi en étant constamment surveillés par ceux qui, parents et enseignants notamment, affectent, dirigent ou contrôlent directement leur vie privée seraient aujourd’hui totalement “blasés” par cette notion de vie privée. Ils ont par conséquent beaucoup de mal à percevoir les risques posés par la “société de surveillance“.

Pour tous ceux qui s’intéressent aux notions de vie privé, droit de propriété et contrôle de son identité en ligne et à tous les parents qui souhaitent mieux comprendre comment leurs enfants utilisent les nouvelles techno, je vous conseille vivement la lecture de ces deux articles :

J’ai également noté un autre article intéressant sur RWW FR : « Aux Etats-Unis, Internet est perçu comme un bienfait pour la société« . Cet article revient sur une étude réalisée par Pew Internet qui montre comment les américains voient les changements induits par les nouvelles technologies (téléphone mobile, email, Internet, réseaux sociaux…). Globalement ils estiment que ces dernières auront un effet positif sur leur avenir et celui de la société en général. Bien qu’aucune étude de ce genre n’ai été menée en France, cela contraste tout de même avec l’avis de nos élites (élites politiques notamment, mais pas seulement) et de nos médias qui considèrent « qu’Internet c’est le mal ».

A lire donc sur RWW FR !

Boostez votre business avec Twitter [note de lecture]

J’ai eu le loisir de lire durant mes quelques jours de vacances le livre de Laurent Dijoux : « Boostez votre business avec Twitter » !

Alors que Twitter a été incontestablement une des stars de l’année 2009, ce livre s’avère indispensable pour tous ceux qui souhaitent démarrer rapidement et efficacement sur Twitter dans un cadre business.

Twitter est en effet un outil très efficace lorsqu’il est bien utilisé pour :

  • Se créer rapidement une notoriété sur le Web,
  • Développer un réseau de lecteurs fidèles,
  • Obtenir du trafic ciblé,
  • Acquérir de nouveau clients

Vous trouverez donc dans ce livre l’ensemble des bases qui vous serviront à comprendre ce qu’est réellement Twitter, y faire ses premiers pas (créer votre compte, le configurer, commencer à rechercher des personnes, participer) et développer votre réseau en appliquant des stratégies gagnantes.

Un chapitre consacré à la gestion du temps s’avère également très utile avec notamment une liste d’outils pratiques pour mieux organiser et gérer son activité sur Twitter.

Vous l’aurez donc compris, ce livre est essentiellement destiné à ceux qui souhaitent démarrer. Les tweeteurs aguerris n’y trouveront pas grand chose, mais cela ne fait jamais de mal de réviser les bases !

C’est donc dans l’ensemble un bon bouquin, synthétique et rapide à lire.

Je regrette toutefois l’absence d’une prolongation online du livre. Twitter et les médias sociaux en général évoluent très vite, un livre sur ce sujet devient donc rapidement obsolète. Des mises à jour sur les dernières évolutions (les « listes Twitter » par exemple) proposées sur un blog auraient été intéressantes.

Pour commander le livre :

Le marketing 2.0 version 2010

J’avais publié récemment un billet sur « Le Web marketing en 2010« . Ce dernier était une sorte de récapitulatif de toutes les actions possibles en terme de Web marketing que les entreprises peuvent mettre en oeuvre en 2010.

Emmanuel Vivier (Agence Vanksen) nous propose depuis hier un panorama complet des tendances du marketing 2.0 pour l’année 2010.

Si vous avez un peu de temps, je vous conseille de lire l’article complet ici.

Pour les plus pressés, voici un rapide résumé :

Le Web et les médias sociaux vont poursuivre leur croissance :

  • Les sites de marque perdent du terrain face aux médias sociaux.
  • Alors qu’un part de plus en plus importante des contenus échappe à l’indexation de Google, ce dernier voit sa pertinence de plus en plus contesté.
  • Facebook se taillera toujours la place du lion, tandis que Twitter poursuivra sa forte croissance mais devra trouver le moyen de monétiser son offre ou bien se faire racheter ?
  • YouTube va s’imposer comme une alternative crédible à la TV avec notamment des offres « On Demand » qui rencontrent un fort succès.
  • Les APIs vont se généraliser et devenir plus ouvertes, mais elles devront surtout devenir plus transparentes et stables afin qu’annonceurs et agences puissent développer de plus en plus de campagnes marketing connectées.

Le social gaming va exploser.

Face à la croissance abyssale de l’information en ligne, les solutions de syndication et d’agrégation devraient nous faciliter la vie. Les informations seront également de plus en plus personnalisées en fonction de son profil.

Le rôle des experts et des influents seront plus importants que jamais. La e-réputation deviendra également incontournable dans ce contexte.

La professionnalisation d’une partie de la blogosphère sera inévitable avec par exemple une certification de l’audience / influence. Des règles éthiques (exemple : post sponsorisé par) seront à terme inévitables.

Le virtuel et le réel vont se confondre. On surfe tout en regardant la TV, on se connecte via son GSM, les objets deviennent connectés…

Les techniques marketing traditionnelles n’auront plus cours dans un monde 2.0 :

Le consommateur a désormais la possibilité de filtrer l’information, la remixer, la créer (User Generated Content), la commenter, la relayer (viral) ou d’y répondre. « Le web est une économie de l’attention où l’audience se mérite plus qu’elle ne s’achète (earned media VS paid media) ». Ceci impose une refonte totale de la manière d’aborder le consommateur. Il faut chercher à engager avec lui une relation de manière quasi individuelle et oublier les méthodes push de masse.

La marque devra accepter une perte de contrôle au profit de ses consommateurs qu’elle devra compenser en tentant d’instaurer une relation affective et de continuité autour de multiples idées et expérimentations.

Le manque de compétences autour de ces nouveaux usages va devenir de plus en plus problématique. Les marques et les agences vont être obligées d’investir massivement en formation et en programmes d’expérimentation si elles veulent réussir à accompagner leurs collaborateurs et préparer leur futur…

La mesure de l’efficacité sera incontournable. L’expérimentation marketing devient obligatoire, mais il faut comprendre et mieux appréhender les résultats. Combien de marques se font d’ailleurs berner par des agences média peu scrupuleuses voir incompétentes ?

Le transfert des budgets offline vers le online va se poursuivre et les stratégies marketing transmédia devraient s’amplifier.

Enfin le « mobile social » : geolocalisation + applications + réseau social + recommandations et la réalité augmenté risqueraient bien d’être les stars de 2010.

Super article que je vous conseille à nouveau de lire dans son intégralité !