Catégorie : médias sociaux

Comment Concrétiser Votre Présence Sur Les Médias Sociaux En 2013 ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un mea culpa pour la très faible fréquence des publications sur le blog Kinoa. La fin d’année 2012 a été très, très intense et nous devions trouver une nouvelle organisation pour dégager du temps pour écrire de nouveaux billets. Nous allons donc tenter d’être plus assidus en 2013 !

Je vous livre ma réflexion sur la nécessité qu’ont aujourd’hui les marques à concrétiser leur présence sur les médias sociaux. Beaucoup d’entres elles ont, en effet, acquis, en y consacrant beaucoup de temps et de ressources, des communautés assez larges sur Facebook, Twitter, Linkedin ou autres… Mais elles n’ont finalement pas véritablement d’autre but que de totaliser le nombre de Fans ou de Followers et d’afficher ainsi leurs scores tels des tableaux de chasse. On a d’ailleurs beaucoup parlé de « social fatigue » en 2012. Les fans, tout comme les marques, commencent à se lasser d’une relation finalement souvent futile.

2013 doit donc être l’année de la concrétisation. Toutes les marques présentent sur les médias sociaux et celles qui ne le sont pas encore mais souhaitant s’y engager, doivent impérativement se poser la question du but d’une telle présence.

stratégie réseaux sociaux

L’amateurisme n’a plus sa place dans votre stratégie, il est temps de passer à une phase plus concrète pour générer du business.

Comment ? Il va s’agir de bien s’organiser, de tourner son attention sur les leviers qui fonctionnent et abandonner les initiatives décevantes. Il faudra peut être redéfinir vos objectifs (notoriété ? lead ? vente ?) et mieux analyser vos analytics sur les réseaux sociaux. En bref, en 2013, on prend de la maturité ! Acquérir des Fans et les amuser sur une page Facebook, c’est sympa, mais cela ne sert STRICTEMENT A RIEN. Comment relier l’engagement créé sur ces pages FB en bénéfices concrets pour l’entreprise ?

Vous devez désormais vous poser cette question essentielle : quels sont mes objectifs sur les médias sociaux ? Et décliner ces objectifs en différentes actions les plus adaptées. Se servir des médias sociaux pour accroître ses ventes est par exemple tout à fait possible, tout en conservant une communication « inbound ». Vous pouvez lire à ce sujet l’article suivant : « 6 Ways Social Media Marketing Is Changing (For the Better)« .

Une fois qu’une stratégie claire, accompagnée d’objectifs précis et des moyens pour les atteindre sera couchée sur papier, vous vous apercevrez rapidement qu’il n’y a pas que Facebook dans la vie. Bien d’autres réseaux sociaux font du sens en fonction des buts qu’on s’est fixés. Linkedin, par exemple, permet d’atteindre des résultats très intéressants en termes commerciaux.

Il est également très important de garder à l’esprit que la caractéristique première des réseaux sociaux est l’humain. Quelque soit la stratégie couverte, l’échange avec vos communautés est primordiale. C’est une conversation ouverte et sincère… On accepte les encouragements, comme les critiques.

Les médias sociaux deviennent de véritables canaux de relations et d’interactions avec les marques. Dans cet esprit, il est important d’embarquer d’autres services de l’entreprise dans l’aventure. Un internaute, en fonction de ses centres d’intérêts, voudra peut être dialoguer ouvertement avec une personne des RH, un commercial, un ingénieur, une personne du support, un membre de la direction, voire d’autres clients de votre entreprise. Finalement, si vous y regardez de près, c’est avec le service marketing / communication qu’il aura souvent le moins d’intérêt à dialoguer :) .  Toutes ces conversations doivent bien évidemment nourrir une stratégie de Social CRM.

réseaux sociaux humain

Dans le même ordre d’idée, la diffusion des réseaux sociaux à l’intérieur de votre entreprise est incontournable si vous souhaitez la rendre réellement efficace sur les canaux digitaux.

Ceci implique d’ailleurs une autre tendance de fond qui est « l’internalisation ». Vous ne pouvez pas remettre les clés de votre présence sur le digital à des agences externes. Si cela n’est pas encore fait, vous devez rapidement acquérir les compétences (formations et/ou recrutement) et monter une équipe dédiée qui devra répondre à des objectifs fixés et obtenir les moyens nécessaires de les atteindre.

Pour conclure, si vous vous posez ces questions, vous allez très rapidement être confrontés à une réflexion qui tournera autour de l’utilité de votre marque sur les réseaux sociaux. Ce n’est d’ailleurs pas uniquement en terme de médias sociaux que vous devez raisonner, mais en terme de digital. « A quoi peut bien servir le digital pour mon entreprise ? », « qu’est-ce que je peux en faire ? », « quelle va être l’utilité de mon entreprise sur les canaux digitaux ? » sont les quelques questions que vous devez impérativement vous poser. Les réponses dépassent les simples réseaux sociaux, elles conduisent toutes finalement à se demander quelle peut être la valeur ajoutée de ma marque sur le digital ? On parle de « brand utility ». En quoi ma marque peut-elle être utile sur les canaux digitaux ? Et au final, à quoi peut-elle être utile tout court ?

Si vous trouvez la réponse, vous vous apercevrez très rapidement que le digital ne peut être cloisonné du reste de vos activités. Les organisations en silos ne peuvent pas être efficaces. Le digital doit venir imprégner l’ensemble de l’entreprise (voir ci-dessus), et finalement les actions digitales et hors digitales doivent se confondre. C’est clairement ici une question de méthode de gouvernance d’entreprise qui est posées.

Vaste programme, qu’en pensez-vous ?

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Heu… Bonne année ?!

Oui, je sais, c’est une honte. Ca fait 2 mois que nous n’avons pas tapoté un seul article sur le blog Kinoa. On ne cherchera pas d’excuses (ni la course aux cadeaux de noël, ni la préparation des vacances, ni la rentrée et ses 257 mails à lire…) mais on peut juste vous dire qu’on ne le refera plus :) (enfin, je l’espère !)

En attendant, le premier Webinar 2013 de l’Institut Kinoa a lieu la semaine dernière sur les tendances 2013 des réseaux sociaux pour le B2B. On vous propose ici un petit résumé accompagné de la présentation.

Après un retour sur les évolutions des réseaux sociaux en 2012 concernant les principaux : Facebook, Google +, Twitter, Pinterest, Instagram et les autres, on s’est demandé ce qu’il fallait en attendre pour 2013.

Le Graph Search de Facebook va sûrement prendre de plus en plus de poids (même si j’avoue être un peu dubitative quant à son utilisation pour le grand public), Google + va certainement mettre l’accent sur ses Communautés, Tumblr va peut être devenir le plus hip des réseaux sur le marché Français…

La dernière partie de notre vidéo conférence a été dédiée à la stratégie digitale des entreprises B2B. Il va falloir passer à l’ère de la maturité. Il s’agira peut être de redéfinir vos objectifs (notoriété ? lead ? service client ?) et de mieux analyser vos analytics sur les réseaux sociaux. Le challenge qui va se proposer aux entreprises va être de rapidement acquérir les compétences (soit en formation et/ou en recrutement) et de monter une équipe dédiée qui devra répondre à des objectifs fixés et obtenir les moyens nécessaires de les atteindre. Il s’agira réellement d’internaliser les compétences nécessaires à la mise en place d’une stratégie digitale.

Je vous laisse découvrir notre présentation ci-dessous.

ps: on a le droit de dire bonne année jusqu’au…31 janvier ;)

PARTAGEZ CET ARTICLE :

De l’intérêt de surveiller son e-réputation

On surveille notre e-réputation, notamment, avec des alertes Google portant sur notre nom d’entreprise, j’ai nommé Kinoa. Or, depuis quelques temps un étrange phénomène se produit…

Pour rappel, l’e-réputation d’une marque c’est l’ensemble des conversations qui ont lieu sur le web la concernant. En surveillant son e-réputation, on peut donc mieux maitriser son image sur Internet et être à l’écoute des conversations des consommateurs.

Un des outils les plus simple en mettre en place est une alerte Google qui permet de recevoir en tant réel un email lorsqu’une nouvelle page Web est indexée avec le mot clef que vous avez déterminé.

Quelle surprise en recevant dans ma boite mail plusieurs nouvelles alertes ces derniers temps sur le mot clef Kinoa… Je vous laisse découvrir :

  • Dites bonjour au petit chaton trognon Kinoa :

kinoa_lechat

  • Je vous présente aussi le gentil cheval Kinoa :

kinoa_cheval

  • et pour terminer, le lapin serein Kinoa :

kinoa_lapin

Il s’avèrerait donc que Kinoa soit un nom à la mode… chez les animaux ! Mais ce n’est pas tout, il semblerait également qu’une célèbre marque de bijoux ait aussi porté son dévolu sur le nom Kinoa pour sa nouvelle gamme… Entre nous, ce n’est pas vraiment mon style :)

Alors bien sûr, c’est un clin d’oeil qui me donne l’occasion de mettre en avant l’importance de l’e-réputation. Lorsqu’on est présent sur le Web, il est PRIMORDIAL de mettre en place un système d’écoute pour relever des hausses de commentaires, pour surveiller les sujets sensibles, pour identifier des influenceurs dans son domaine ou pour confronter des retours clients décomplexés de tout discours formaté.

En attendant, on hésite encore pour notre mascotte…

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Webinar Institut Kinoa : 10 astuces pour convaincre son boss d’aller sur les réseaux sociaux

Devant la montée en puissance des réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter, de nombreuses sociétés se sont lancées dans l’aventure 2.0. Mais une horde d’irréductibles boss résiste toujours…

Par manque de connaissance, par peur ou tout simplement par négligence, les dirigeants de ces entreprises se privent de nouveaux moyens de communication efficaces.

réseaux sociaux convaincre son boss

Vous êtes persuadés de l’utilité des réseaux sociaux pour votre entreprise mais vous peinez à emmener dans votre enthousiasme votre hiérarchie ? Nous avons compilé 10 astuces qui vous aideront à franchir le pas et enfin mettre en place la stratégie digitale qui convient à votre entreprise.

Jeudi 22 novembre 2012 à 10h, participez à cette formation en ligne gratuite de 30 minutes en direct depuis notre plateforme interactive et retrouvez le top 10 des astuces pour convaincre votre boss de se lancer sur les réseaux sociaux.

Retrouvez aussi toutes les conversations sur le webinar sur Twitter avec le hashtag #InstitutKinoa !

Inscrivez-vous à notre formation Réseau sociaux : 10 astuces pour convaincre son boss.

 

Faites la peau à 20 mythes des médias sociaux

Les médias sociaux sont maintenant assez matures pour avoir leurs propres mythes. Des mythes auxquels certains marketeurs se sont accrochés parce que, avouons-le, c’est un peu difficile d’être à jour sur ce qu’il se passe sur les médias sociaux. Alors, on a pris notre loupe, on a enfilé notre imper et on a retrouvé la trace des plus grands mythes… et on va donc leur faire la peau un par un. Explications.

je suis un détective des mythes des médias sociaux

1) De toute façon, mes clients ne sont pas sur les médias sociaux…

Facebook a 1 milliard d’utilisateurs actifs selon Yahoo! Finance. TechCrunch rapporte que Twitter compte 170 millions d’utilisateurs actifs et Google dispose de 100 millions d’euros. Vous êtes donc en train de me dire que vos clients ne sont sur aucun de ces réseaux sociaux ?

Sans parler de Pinterest, Linkedin, YouTube, Viadeo, Digikaa… Je poursuis l’énumération ?

2) Les médias sociaux c’est tellement génial que, du coup, j’ouvre des comptes partout !

Ce n’est pas parce que je connais plein de réseaux sociaux, que je devrais créer un profil sur chacun d’entre eux !

Activez-les et donnez-leur une chance. Mais il y a fort à parier pour que certains d’entre eux ne soient pas vraiment utiles pour votre entreprise. Ce n’est pas grave, on peut se tromper… Les spécialistes du marketing, eux, utilisent des données précises pour déterminer quelles activités offrent les meilleurs résultats.

Pour résumer, si un réseau social ne vous donne pas satisfaction, dites-lui au revoir !

3) Google+ ça ne sert à rien

Si vous êtes passés par la phase décrite ci-dessus et que vous pensez que Google+ ne vous aidera pas dans vos démarches, d’accord. Mais ne négligez pas l’immense «valeur SEO» de Google+. Les publications sur Google+ sont indexées dans les SERPs associées au profil de leur auteur afin d’améliorer les taux de clics.

Même si vous n’observez pas beaucoup d’engagement sur Google+, vous pourriez constater une augmentation du nombre de vos visiteurs issus du référencement naturel de votre site.

4) Pinterest, c’est seulement pour les entreprises B2C

C’est sans aucun doute un fabuleux outil pour les marketeurs B2C. Mais pour le B2B, vous hésitez ? Je vous conseille de lire l’article sur la manière dont les entreprises B2B peuvent s’appuyer sur Pinterest. Profitez-en pour découvrir les pinnages de marques telles que Hubspot, GE, Microsoft… Vous y trouverez certainement un peu d’inspiration !

pinterest windows

5) Je ne dois obtenir que des fans et des followers qui deviendront des clients, dans le cas contraire cela ne sert à rien

La qualité est importante, certes, mais ne sous-estimez pas la puissance d’une large base de followers / fans. Voici pourquoi :

  • Plus de fans et followers signifie que vous accédez à leurs fans et à leurs followers
  • S’il s’agit d’un influenceur, vous bénéficierez automatiquement de sa notoriété. Pourquoi s’en priver ?
  • Quand ils partagent votre contenu, votre référencement s’améliore ainsi que votre visibilité

6) Les médias sociaux, ça se passe surtout les jours ouvrés (lundi-vendredi)

Ce sont peut-être les jours pendant lesquels votre community manager est à l’oeuvre, mais cela ne signifie pas que c’est la même chose en ce qui concerne l’utilisation des médias sociaux par les internautes.

Une sociologue des médias, Dan Zarrella, a découvert que vous pourriez avoir plus de succès si vous preniez en compte les jours considérés comme « off » dans votre stratégie.

Alors bien sûr, on ne dit pas que quelqu’un doit tenir le magasin pendant le weekend mais il existe des outils qui permettent de programmer des publications quand on est pas là… et oui ! Et d’autres qui permettent d’être alerté en cas de «risque» et qui vous forceront peut être à sortir du lit…

7) Si mes amis et ma famille « aiment » chacune de mes mises à jour, ma présence sociale sera au top

Votre maman et votre oncle ne peuvent pas être les seuls à « aimer » les posts que vous publiez sur Facebook. L’algorithme EdgeRank est juuuuuste un tout petit peu plus complexe que ça…

Vous avez besoin d’un minimum de personnes différentes qui interagissent avec votre contenu – pour à la fois, développer votre portée et être présent dans la Timeline de vos fans !

8) Je dois répondre immédiatement à toute interaction sociale

Il ne fait aucun doute qu’une réponse rapide est appréciée, mais elle n’est pas toujours strictement nécessaire. Les gens comprennent que vous travaillez. Il y a donc parfois d’autres choses importantes à faire. Si vous répondez dans des délais raisonnables, mais pas forcément dans les secondes qui suivent, tout ira bien, il n’y a pas de raisons de s’affoler.

clic

Attention toutefois, un compte dédié au service client doit fournir des réponses sous 2 heures environ.

9) Les médias sociaux ça consiste uniquement à engager la conversation

Les médias sociaux servent, bien évidemment, à dialoguer avec votre communauté de prospect et de clients. Mais dialoguer n’est pas une fin en soi. Il faut aller plus loin et envisager les médias sociaux comme un vrai vecteur de génération de leads.

En partageant du contenu à valeur ajoutée, il n’y aura pas forcément un dialogue qui en découlera… mais vous pourriez entendre votre téléphone sonner suite à la lecture d’un livre blanc sur votre expertise !

10) Le marketing des médias sociaux n’engendre pas de bénéfice net

Outre les conversations créées sur les médias sociaux, vous pouvez réellement dégager de la valeur au-delà de «l’engagement» et de votre image de marque. Les médias sociaux rapportent des prospects et des clients, point barre. Vous ne me croyez toujours pas ? Voici quelques statistiques :

  • Les entreprises qui utilisent Twitter ont 2 fois plus de prospects en moyenne que ceux qui n’en ont pas
  • Les entreprises avec plus 1000 followers sur Twitter obtiennent 6 fois plus de trafic sur leur site
  • 45% des spécialistes marketing soulignent que les médias sociaux génèrent des leads avec des coûts d’acquisition plus bas comparés aux autres canaux
  • 62% des entreprises utilisant LinkedIn pour le marketing ont acquis des clients grâce à ce canal
  • 52% des entreprises utilisant Facebook pour le marketing ont acquis des clients grâce à ce canal
  • 44% des entreprises utilisant Twitter pour le marketing ont acquis des clients via ce média

Voici enfin quelques e-books qui finiront par vous convaincre :

11) Il n’y a rien de personnel là dedans

Vous devez toujours garder à l’esprit votre cible quand vous publiez des contenus sur les médias sociaux – mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas publier du contenu qui affiche la personnalité de votre marque. Ou bien, carrément, celle de votre community manager.

Votre entreprise c’est avant tout les personnes qui y travaillent. N’ayez donc pas peur de montrer des photos de ces derniers, des liens vers du contenu d’actualité que vous trouvez particulièrement divertissant même s’il n’est pas directement lié à votre secteur d’activité… Et ce, avec votre propre touche d’humour !

12) Les hashtags sont tellement importants

Ca vous dit quelque chose les tweets comme ça :

Article intéressant sur le #Marketing des #MediasSociaux qui parle de #Pinterest avec une image d’un #chaton #lol

lol cat

Le but des hashtags est de rassembler des conversations autour d’un sujet commun. Ainsi, même si c’est bien d’avoir un hashtag pour un événement, par exemple un webinar ou un salon, ne vous affolez pas s’il ne devient pas un TT («trending topic» ou sujet tendance en français donc).

Voyez dans le hashtag un moyen d’être plus pratique, pas un moyen de faire de tous vos rêves une réalité marketing.

13) Le suivi des médias sociaux ça prend une éternité

Voici un premier scénario de suivi des médias sociaux : Collez vos yeux sur l’écran de votre ordinateur, ouvrez 5 onglets pour chacun de vos réseaux sociaux, ingurgitez trois espressos, cliquez sur les onglets et rafraîchissez vos pages toutes les 30 secondes.

Un autre scénario est possible : Utilisez un logiciel de suivi des médias sociaux qui vous avertit lorsque des termes importants (prédéfinis) sont mentionnés ; vérifiez vos comptes en un clin d’oeil toutes les 2 heures pour voir si vous avez besoin de répondre à quelqu’un ou suivre de nouveaux twittos par exemple.

Ce deuxième scénario ne devrait pas vous prendre plus de 30 minutes par jour. Rien d’ingérable. Allez, on respire. Tout va bien se passer.

14) Votre responsable médias sociaux devrait être jeune, vu que ce sont les seuls à comprendre ce qui se passe sur le Net

jeune médias sociaux

Et le revers de la médaille à ce débat absurde, c’est que vous ne pourriez jamais embaucher un responsable des médias sociaux trop jeune - vous avez besoin de quelqu’un qui a déjà travaillé dans votre domaine pendant des années !

Il y a eu un débat qui faisait rage sur Internet pour savoir s’il valait mieux avoir un responsable médias sociaux de 21 ans qui ne se rappelait pas ce qu’était la vie avant Facebook, ou quelqu’un d’un peu plus aguerri. C’est un débat ridicule. Être bon en marketing des médias sociaux n’a rien à voir avec le fait d’avoir 21 ou 41 ans – vous pouvez apprendre à utiliser des outils et des stratégies à n’importe quel âge, et vous pouvez faire des erreurs à n’importe quel âge aussi.

Au lieu de tout ça, concentrez-vous sur la recherche de quelqu’un qui soit à la fois créatif tout en ayant un esprit d’analyse pour gérer votre présence en ligne – et avec le sens du relationnel , bien sûr.

15) Les médias sociaux c’est que pour les jeunes

Ah, ces jeunes, il y en a que pour eux avec ces nouveautés sur les médias sociaux. Bon, ce n’est pas vraiment la réalité de ce qu’il se passe sur les médias sociaux de nos jours. Si vous pensez que les seules personnes qui utilisent les médias sociaux sont la génération Y – et qu’ils ne font pas partie de votre cible – détrompez-vous :

  • 40% des utilisateurs actifs sur Facebook sont âgés de plus de 35 ans
  • 52% des utilisateurs d’Internet âgées de 55-64 ans ont rejoint un réseau social
  • 93% des adultes utilisateurs d’Internet américains sont sur Facebook (oh my god)

16) Les médias sociaux sont seulement un canal pour être trouvé

Et quand je dis « être trouvé » je veux dire que c’est seulement utile pour générer du trafic – les médias sociaux n’ont rien à voir avec les étapes de vente, celles où vous devez entretenir et convertir les prospects en clients. Ce n’est pas vrai !

La preuve en est que la plupart des CRM intègrent aujourd’hui des fonctionnalités pour suivre les données recueillies au sujet des prospects en fonction de leurs profils et de leurs interactions sur les médias sociaux.

17) Je n’ai pas assez de contenu pour nourrir la bête

nourrir bete

Le truc avec les médias sociaux, c’est qu’il y a tout le temps des nouveautés … de sorte que les articles que vous mettez en ligne sont rapidement remplacés par d’autres. Soit vous voyez ce cycle comme problématique : au secours,  je n’ai pas assez de contenu à poster ! Ou bien, vous pouvez vous rappeler que, parce qu’il y a tout le temps des nouveautés sur les médias sociaux, vous pouvez réutiliser votre contenu à tout moment. Parce que les gens l’ont raté. Ou juste oublié. Ou bien parce que c’est du contenu intemporel, il est donc toujours utile !

Cela ne veut pas dire que vous devez partager le même lien exactement le même jour avec le même commentaire; mais si après quelques semaines, vous souhaitez re-promouvoir un livre blanc, alors , faites-vous plaisir ! Pour éviter de froisser vos plus fidèles fans, veiller tout de même à mettre en avant une autre information intéressante que lors de votre dernière publication.

18) Les médias sociaux donne publiquement la parole aux gens pour critiquer mon entreprise

Heuu, les gens ont déjà un endroit pour s’exprimer… Ca s’appelle Internet :)

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas une page entreprise Facebook que vous vous protégez de leur colère et de leurs commentaires. Au contraire, prenez les devants en prenant conscience que les conversations existent déjà. Et si vous avez besoin d’aide pour faire face à des commentaires négatifs, on vous donne les trucs et astuces sur notre blog Kinoa !

19) Les médias sociaux sont trop volatiles pour avoir des KPIs concrets

Encore une fois, les médias sociaux ne sont pas si volatiles que ça, nous en avons déjà parlé plus tôt. Mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas mesurer l’efficacité de vos activités de médias sociaux.

Vous pouvez déterminer exactement combien de trafic les médias sociaux apportent à votre site Web, combien de leads sont générés par les médias sociaux, ou combien de ces leads deviennent des clients. Avec tout ça, vous pouvez aussi calculer la moyenne du coût d’acquisition par lead et par client — pour chaque réseau sociaux, ou sur l’ensemble – comme vous le faites sur tous vos autres canaux de commercialisation (n’est-ce pas ?).

20) Les médias sociaux, c’est du marketing gratuit

Vous êtes, certes, libres de vous lancer sur les médias sociaux, mais ça représente quand même un investissement en terme de ressources. Oui, c’est souvent moins cher – selon HubSpot, 45% des spécialistes marketing soulignent que les médias sociaux engendrent des leads avec des coûts d’acquisition plus bas comparés aux autres canaux.

Mais comme tout canal de marketing, vous devrez investir des ressources pour le marketing des médias sociaux… et pour obtenir des résultats, vous devrez même augmenter vos investissements. Mais, ça en vaut la peine !

 

D’autres mythes qui vous tiennent à cœur ?

– Article original sur Hubspot –

PARTAGEZ CET ARTICLE :