Archives mensuelles : février 2013

Assurer une veille efficace sur Internet

Il est souvent difficile pour une entreprise d’assurer une veille efficace sur Internet sur son secteur d’activités, sans qu’elle ne soit ni trop confuse, ni trop chronophage. Nous vous proposons quelques conseils pratiques pour mieux organiser votre veille, hiérarchiser l’information et identifier la nature des sources, en prenant pour exemple le secteur de la communication digitale.

Sources blanches, grises, noires

3 typologies particulières existent pour désigner l’information, en fonction de sa lisibilité et de son accessibilité :

  • L’information « blanche » représente l’écrasante majorité de l’information à laquelle vous accéderez sur Internet. On caractérise l’information blanche par son caractère « public » : elle est disponible en accès libre, gratuitement ou moyennant un achat (abonnement sur un site Internet, achat d’un livre numérique ou d’une revue en ligne…). L’information présente sur un site web est généralement une information blanche.
  • L’information « grise », licite, n’est pas destinée à la commercialisation ou à une large diffusion. Elle consiste en des notes internes, des directives, ou encore des rapports d’expertise sans mesures de confidentialité particulières… Sur Internet, l’information grise exige un certain travail de recherche, et se trouve le plus souvent via une veille sur les réseaux sociaux ou les blogs.
  • L’information « noire », acquise illégalement, concerne finalement peu d’acteurs. Elle englobe tous les contenus dont la diffusion est normalement interdite, pour des raisons de sécurité ou d’atteinte à la vie privée (données personnelles, coordonnées bancaires…). Le contenu du site Wikileaks, par exemple, repose très largement sur une information noire.

Si vous voulez aller plus loin, cette classification fait l’objet d’un excellent article sur Guichetdusavoir.org. Dans le cadre de vos actions de veille, vous vous reposerez essentiellement, pour ne pas dire quasi exclusivement, sur des contenus présentant des informations blanches et grises.

Hiérarchisez l’information et donnez-vous des objectifs

Si vous travaillez sur la mise en place d’une veille stratégique en communication digitale, vous risquez vite de crouler sous l’information. Déterminez les grands champs de compétence sur lesquels vous souhaitez obtenir une information : référencement naturel, e-commerce, community management, marketing viral, data-mining, etc…

Pour chaque champ de compétences, fixez-vous des objectifs afin de ne pas vous éparpiller. Par exemple, concernant le community management, suivez-vous plus particulièrement le développement d’outils pratiques, préférez-vous connaître les actions menées par vos concurrents, ou prenez-vous en compte ces deux aspects ? Vous pourrez ainsi facilement écarter les contenus ne répondant pas aux objectifs de votre veille, et classer plus aisément ceux que vous retiendrez.

Selon vos objectifs, différenciez les données conjoncturelles des approches plus structurelles. Une étude évoquant l’avenir du e-commerce dans cinq ans, par exemple, s’inscrit dans une prospective plus lointaine qu’un article traitant de la fusion opérée, dans la semaine, entre deux acteurs du marché.

Identifiez les bons acteurs

La véracité d’une information détermine en grande partie sa valeur. Identifiez des sources en lesquelles vous avez confiance, et suivez-les régulièrement :

Sites web et blogs : dans le cadre de la communication digitale, vous pouvez suivre des sites soutenus par des sociétés respectables.

Mais comment connaître la qualité d’un blog ? Des outils permettent d’identifier les bons blogs, secteur par secteur.

  • Ebuzzing.fr offre un classement de qualité pour dénicher des blogs en fonction d’une thématique donnée.
  • Technorati.com, plus axé sur le marché anglo-saxon, recense des blogs de qualité et plusieurs classements thématiques.

Réseaux sociaux : Twitter est particulièrement pertinent pour une veille en temps réel, et permet un accès rapide, autant aux contenus dits blancs qu’aux données grises. Identifiez les comptes Twitter en rapport avec les secteurs que vous surveillez via les hashtags .

Pour juger de la pertinence d’un compte :

  • Considérez son ratio abonnés/abonnements : un compte avec des milliers d’abonnés et quelques centaines d’abonnements aura toutes les chances d’être qualitatif.
  • Klout.com propose pour chaque compte une note allant de zéro à cent. Ce score repose, selon Klout « himself », sur plus de 400 critères et signaux. Vous aurez ainsi un outil de comparaison pour juger de l’influence relative d’un compte Twitter.
  • Certains sites proposent des listes de personnes influentes sur Twitter. Découvrez à ce sujet un excellent article paru sur le blog du modérateur en 2011, qui reste d’actualité : il vous proposera une sélection de comptes Twitter de professionnels de la communication digitale.

Utilisez les outils d’automatisation

Plusieurs outils existent pour recenser automatiquement les nouveaux contenus liés à un mot-clé, qu’il s’agisse d’une activité ou d’une marque. Les utiliser vous fera gagner un temps précieux.Surveiller des centaines de sites

  • Google Alertes : cet outil gratuit de Google vous permet d’être informé, à la fréquence voulue, sur les nouveaux contenus référencés par le moteur de recherche. Vous pouvez ainsi suivre des termes sensibles pour vous, comme « mise à jour Google » par exemple, si vous désirez être informé des prochaines mises à jour de l’algorithme.
  • D’autres entreprises se sont spécialisées dans la veille sur Internet et les réseaux sociaux. La société Alerti, par exemple, vous permet d’effectuer sur  une action de veille automatique sur les moteurs de recherche, les blogs et les réseaux sociaux.
  • SocialMention est utile pour assurer une veille sur les blogs et les réseaux sociaux (essentiellement sur Twitter). Vous pouvez aussi bien rechercher le nom d’une marque qu’un mot-clé : vous découvrirez alors des articles à côté desquels vous seriez passés.
  • Les newsletters ne doivent pas être négligées. Ne multipliez pas les abonnements, mais concentrez-vous sur celles qui vous semblent les plus pertinentes. Par exemple, la newsletter de www.docnews.fr devrait intéresser tous les acteurs de la communication.

À vous de jouer !

Ces quelques conseils devraient vous permettre de mettre en place une stratégie de veille efficace. Prenez le temps d’identifier les bonnes sources et d’apprivoiser les outils à votre dispositif : vous investirez pour une meilleure efficacité ultérieure.

 

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Quelle Stratégie Réseaux Sociaux pour les entreprises B2B ?

Nous avons récemment organisé un webinar sur l’utilisation des réseaux sociaux dans une stratégie globale d’entreprise B2B. Voici les grandes lignes de cette présentation.

De l’internaute au consom’acteur

Comme toujours, pour repositionner les réseaux sociaux, il est important de s’intéresser au contexte économique qui l’entoure. Ainsi, le bouleversement marketing qui passe de l’outbound marketing à l’inbound marketing marque une nouvelle ère de consommation.

Quelle stratégie réseaux sociaux pour les entreprises B2B ?

Une stratégie digitale n’est pas un ensemble d’actions (ouvrir une page Facebook ou animer un compte Twitter), il s’agit véritablement d‘intégrer le digital dans la stratégie marketing globale. La stratégie pourra alors s’orienter vers de la notoriété, de la génération de leads, de la vente, des RP 2.0…

Contrairement à de la publicité classique, où il suffit de comptabiliser les ventes après chaque publication presse, radio ou télé, le ROI d’une stratégie social media est plus diffuse et se fait dans la durée. Cela nécessite donc de bien prendre le temps de créer vos propres indicateurs de mesure en fonction de vos objectifs. Le succès d’une stratégie digitale se mesurera en terme de KPI (Key Performance Indicator, autrement dit des indicateurs clefs de performance !) dépendant de la stratégie décidée : Nombre de fans acquis, nombre de commentaires, influence des intervenants…

Vous pouvez découvrir la présentation ci-dessous !

5 idées pour des fans engagés sur les réseaux sociaux

Grâce aux fonctionnalités des réseaux sociaux, les fans peuvent désormais faire entendre leur voix et disposent d’un espace où partager leurs centres d’intérêt, leurs idées de produits ou même leurs critiques. Quand une entreprise est en train d’établir son budget marketing, il faut donc impérativement qu’une attention particulière soit portée aux fans ainsi qu’à la manière de les récompenser. 

récompenser fans

Des ambassadeurs plus ou moins engagés

Les professionnels du marketing s’attachent à garder leurs fans engagés : ce sont eux les véritables ambassadeurs sociaux de la marque. Ces fans impactent leur cercle d’influence social et suivent généralement la marque sur plusieurs réseaux sociaux.

Nous pouvons distinguer 3 grandes familles d’ambassadeurs :

  • Les sympathisants (brand browsers) : ces internautes visitent occasionnellement la page Facebook de leur marque favorite et aiment quelques articles ou photos. Ils doivent être encouragés par des actions spécifiques pour continuer à s’engager sur les réseaux sociaux et devenir plus actifs.
  • Les fidèles (brand loyalists) : ces accrocs des réseaux sociaux aiment chaque post sur Facebook et suivent même les marques sur plusieurs réseaux sociaux. Ils visitent régulièrement les comptes de leurs marques fétiches mais n’ajoutent pas pour autant de contenu ni ne partagent les publications avec leur propre réseau social.
  • Les contributeurs (brand accelerators) : ces consommateurs sont particulièrement précieux pour les marques car ils partagent les publications sur leur multiples comptes sociaux. Ce sont des fans qui disposent d’une grande influence et qui peuvent avoir un impact sur les habitudes de consommation de leur réseau social.

Des ambassadeurs qu’il importe de choyer

Mais comment les marques peuvent-elles inciter leurs consommateurs à s’investir et à devenir des ambassadeurs ? Découvrez quelques astuces pour transformer vos fans dits « passifs » en véritables internautes engagés.

fan engagé

1. Identifiez vos internautes « stars »

Qui sont vos internautes les plus volubiles ? Et qui sont ceux qui jouent le mieux le rôle d’ambassadeurs sur les réseaux sociaux ? Commencez votre recherche sur Facebook. En effet, selon une étude du Forrester Research of the value of Facebook fans, le géant des réseaux sociaux est particulièrement adapté au développement d’un réseau d’ambassadeurs : ses utilisateurs sont plus enclins que les autres à acheter, à s’engager ou à recommander des marques qu’ils aiment.

2. Intéressez vos fans avec un contenu de qualité

Les professionnels du marketing ont conscience du caractère incontournable de Facebook dans la plupart des stratégies de community management. Cependant, qui dit publications régulières ne dit pas forcément engagement de la communauté. Facebook doit être le vecteur de lancement d’une campagne promotionnelle et doit tenter d’obtenir l’engagement de chaque consommateur.

Les jeux-concours sont des opérations promotionnelles qui savent tirer partie de Facebook, autant pour attirer de nouveaux fans que pour fidéliser les fans actuels.

3. Agissez sur le processus d’idéation

En proposant des façons originales de s’engager, vous obtiendrez des idées et suggestions fondamentales de vos fans qui vous permettront d’adapter votre offre.

L’idéation est un concept encore peu connu en France. Cette notion aborde les mécanismes de formation, d’organisation et d’expression des idées chez un individu. En marketing, l’idéation souhaite contribuer à la création de nouvelles idées, en stimulant certains sentiments, comme la reconnaissance, le désir, l’esprit d’aventure ou d’évasion…

ideation

4. Renforcez l’engagement de vos fans

La notion d’engagement comporte une dimension presque magique lorsque les CM évoquent leurs campagnes sur les réseaux sociaux. En fournissant un contenu pertinent et intéressant à leurs clients, les marques imposent leur personnalité, démontrent leur originalité, voire leurs qualités de leader et prouvent qu’elles ne sont pas simplement en quête de nouveaux « J’aime ».

Pour des fans, la notion de primeur est essentielle. Un sentiment de fierté peut naître de l’accès, avant les autres, à une information essentielle. Par exemple, un éditeur de jeux vidéos peut décider de publier en priorité de nouvelles images de son futur « hit » sur Facebook. Communiquer des informations en avant-première sur les réseaux sociaux est une solution simple et efficace pour renforcer l’engagement de ses fans.

5. Encouragez au partage

Pour construire une campagne efficace sur les réseaux sociaux, les marques doivent identifier leurs ambassadeurs, et notamment les Contributeurs, pour les récompenser de leur fidélité. Plusieurs solutions sont alors possibles, comme la mise à disposition de bons de réduction ou encore l’accès à des offres promotionnelles dédiées.

Cet encouragement peut aussi passer par une vente privée, avant la mise officielle sur le marché, de nouveaux produits. Les ambassadeurs les plus actifs se sentiront encore plus valorisés de pouvoir profiter d’un nouvel article avant tout le monde et ne se gêneront pas pour répandre la nouvelle. 

La mise en œuvre de ces quelques conseils permettra d’impliquer un plus grand nombre de fans et de les encourager. Vous pouvez d’ailleurs internaliser les compétences de gestion de communauté au sein de votre équipe en suivant des formations avec – qui d’autre, bien sûr ?! – l’Institut Kinoa !

Cet article est librement traduit et inspiré d’une publication anglo-saxonne : http://socialmediatoday.com/kelly-dern/1201346/five-methods-cultivate-your-social-media-brand-ambassadors

 

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Réseaux sociaux en B2B : notre Webinar ce jeudi !

Vous évoluez au sein d’une entreprise B2B et vous ne voyez pas, mais alors vraiment pas, comment les réseaux sociaux pourraient être utiles à votre marque ?

C’est le moment de faire tomber ses préjugés et de réfléchir à intégrer les réseaux sociaux dans la stratégie de votre entreprise B2B.

Retrouvons-nous ce jeudi 14 février à 10h au webinar de l’Institut Kinoa pour échanger et découvrir de nouveaux horizons digitaux. Oui, je vous propose un « rencard » pour la Saint Valentin !

En plus, vous n’avez même pas besoin de vous déplacer, tout se passe sur votre ordinateur… La magie 2.0 commence déjà à opérer !

réseaux sociaux B2B

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Comment Concrétiser Votre Présence Sur Les Médias Sociaux En 2013 ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un mea culpa pour la très faible fréquence des publications sur le blog Kinoa. La fin d’année 2012 a été très, très intense et nous devions trouver une nouvelle organisation pour dégager du temps pour écrire de nouveaux billets. Nous allons donc tenter d’être plus assidus en 2013 !

Je vous livre ma réflexion sur la nécessité qu’ont aujourd’hui les marques à concrétiser leur présence sur les médias sociaux. Beaucoup d’entres elles ont, en effet, acquis, en y consacrant beaucoup de temps et de ressources, des communautés assez larges sur Facebook, Twitter, Linkedin ou autres… Mais elles n’ont finalement pas véritablement d’autre but que de totaliser le nombre de Fans ou de Followers et d’afficher ainsi leurs scores tels des tableaux de chasse. On a d’ailleurs beaucoup parlé de « social fatigue » en 2012. Les fans, tout comme les marques, commencent à se lasser d’une relation finalement souvent futile.

2013 doit donc être l’année de la concrétisation. Toutes les marques présentent sur les médias sociaux et celles qui ne le sont pas encore mais souhaitant s’y engager, doivent impérativement se poser la question du but d’une telle présence.

stratégie réseaux sociaux

L’amateurisme n’a plus sa place dans votre stratégie, il est temps de passer à une phase plus concrète pour générer du business.

Comment ? Il va s’agir de bien s’organiser, de tourner son attention sur les leviers qui fonctionnent et abandonner les initiatives décevantes. Il faudra peut être redéfinir vos objectifs (notoriété ? lead ? vente ?) et mieux analyser vos analytics sur les réseaux sociaux. En bref, en 2013, on prend de la maturité ! Acquérir des Fans et les amuser sur une page Facebook, c’est sympa, mais cela ne sert STRICTEMENT A RIEN. Comment relier l’engagement créé sur ces pages FB en bénéfices concrets pour l’entreprise ?

Vous devez désormais vous poser cette question essentielle : quels sont mes objectifs sur les médias sociaux ? Et décliner ces objectifs en différentes actions les plus adaptées. Se servir des médias sociaux pour accroître ses ventes est par exemple tout à fait possible, tout en conservant une communication « inbound ». Vous pouvez lire à ce sujet l’article suivant : « 6 Ways Social Media Marketing Is Changing (For the Better)« .

Une fois qu’une stratégie claire, accompagnée d’objectifs précis et des moyens pour les atteindre sera couchée sur papier, vous vous apercevrez rapidement qu’il n’y a pas que Facebook dans la vie. Bien d’autres réseaux sociaux font du sens en fonction des buts qu’on s’est fixés. Linkedin, par exemple, permet d’atteindre des résultats très intéressants en termes commerciaux.

Il est également très important de garder à l’esprit que la caractéristique première des réseaux sociaux est l’humain. Quelque soit la stratégie couverte, l’échange avec vos communautés est primordiale. C’est une conversation ouverte et sincère… On accepte les encouragements, comme les critiques.

Les médias sociaux deviennent de véritables canaux de relations et d’interactions avec les marques. Dans cet esprit, il est important d’embarquer d’autres services de l’entreprise dans l’aventure. Un internaute, en fonction de ses centres d’intérêts, voudra peut être dialoguer ouvertement avec une personne des RH, un commercial, un ingénieur, une personne du support, un membre de la direction, voire d’autres clients de votre entreprise. Finalement, si vous y regardez de près, c’est avec le service marketing / communication qu’il aura souvent le moins d’intérêt à dialoguer :).  Toutes ces conversations doivent bien évidemment nourrir une stratégie de Social CRM.

réseaux sociaux humain

Dans le même ordre d’idée, la diffusion des réseaux sociaux à l’intérieur de votre entreprise est incontournable si vous souhaitez la rendre réellement efficace sur les canaux digitaux.

Ceci implique d’ailleurs une autre tendance de fond qui est « l’internalisation ». Vous ne pouvez pas remettre les clés de votre présence sur le digital à des agences externes. Si cela n’est pas encore fait, vous devez rapidement acquérir les compétences (formations et/ou recrutement) et monter une équipe dédiée qui devra répondre à des objectifs fixés et obtenir les moyens nécessaires de les atteindre.

Pour conclure, si vous vous posez ces questions, vous allez très rapidement être confrontés à une réflexion qui tournera autour de l’utilité de votre marque sur les réseaux sociaux. Ce n’est d’ailleurs pas uniquement en terme de médias sociaux que vous devez raisonner, mais en terme de digital. « A quoi peut bien servir le digital pour mon entreprise ? », « qu’est-ce que je peux en faire ? », « quelle va être l’utilité de mon entreprise sur les canaux digitaux ? » sont les quelques questions que vous devez impérativement vous poser. Les réponses dépassent les simples réseaux sociaux, elles conduisent toutes finalement à se demander quelle peut être la valeur ajoutée de ma marque sur le digital ? On parle de « brand utility ». En quoi ma marque peut-elle être utile sur les canaux digitaux ? Et au final, à quoi peut-elle être utile tout court ?

Si vous trouvez la réponse, vous vous apercevrez très rapidement que le digital ne peut être cloisonné du reste de vos activités. Les organisations en silos ne peuvent pas être efficaces. Le digital doit venir imprégner l’ensemble de l’entreprise (voir ci-dessus), et finalement les actions digitales et hors digitales doivent se confondre. C’est clairement ici une question de méthode de gouvernance d’entreprise qui est posées.

Vaste programme, qu’en pensez-vous ?

PARTAGEZ CET ARTICLE :