Archives mensuelles : mai 2011

Marketing de l’attention : les enjeux du transmedia

Le transmedia est aujourd’hui largement impliqué dans notre vie quotidienne. Les marques utilisent cette nouvelle forme de création pour atteindre  le mieux possible une cible, devenue de plus en plus exigeante.

Le transmedia, c’est quoi ?

Il existe beaucoup de définitions du terme transmedia (comme storytelling). De manière générale et selon Henry Jenkins, cela consiste à articuler une narration vers plusieurs et différents médias, en respectant les spécificités de chaque support. L’idée est donc d’accéder à de multiples entrées dans le but d’alimenter un contenu, comme le montre le schéma ci-dessous.


Avec le transmedia on assiste à de nouvelles rencontres entre des domaines auparavant cloisonnés. L’exemple de la musique vient parfaitement illustrer ce processus : les nouveaux modèles de distribution sont autant sur des mobiles, que sur le web, en DVD ou CD, etc.

L’objectif d’utilisation est multiple :

  • Viser un plus grand public
  • Augmentation de la participation des prospects entre eux et vers la marque
  • Favoriser l’engagement des consommateurs
  • Procurer une réelle expérience qui s’intègre dans un univers précis

En étant le plus visible possible, les marques tentent d’aller chercher leurs consommateurs sur tous les écrans. De cette façon, chaque mécanisme narratif se doit d’être diversifié pour une meilleure propagation de l’information et une meilleure atteinte de la cible, celle-ci étant différente selon les supports. De plus, en fonction des médias, les marques vont devoir mettre en place des approches bien définies puisque les processus utilisés ainsi que les plateformes sont différents. Il est d’autant plus difficile de mener l’utilisateur d’un média à un autre.

Les enjeux du transmedia dans le marketing de l’attention

Le marketing de l’attention se définit globalement comme la performance des marques à générer de l’attention (des internautes) sur le web et recouvre tout ce qui participe à la notoriété, interactivité et co-innovation. Néanmoins, la multiplication des contenus tendent-ils vers une complémentation ou une divergence des médias ?

Il existe plusieurs moyens pour attirer l’attention des internautes. Le meilleur moyen pour les marques est de mettre à disposition une réelle profusion de médias permettant une plus grande mobilisation, notamment face aux problèmes de société. Comme le confirme Susana Ruiz, fondatrice du jeu Darfur is dying, avec des jeux sérieux on augmente la participation en augmentant la jouabilité. Pour un maximum de répercussion, il faut donc savoir mobiliser sur différentes plateformes : être partout pour toucher le plus de monde et susciter un véritable phénomène communautaire.

Tous les réseaux sociaux actuels, tels que Facebook ou Twitter, fonctionnent aussi selon cette méthode : toujours générer plus de contenus pour favoriser le divertissement, l’expertise, le savoir, l’actualité en temps réel et ainsi fidéliser le consommateur.
De la même manière, la génération Y est une génération multitâche qui sait parfaitement combiner plusieurs médias à la fois : elle passe aussi bien du temps à regarder la TV qu’à surfer sur le web, ou bien encore à être connectée sur son mobile. L’utilisation de multiples plateformes à l’aide de contenus variés permet ainsi d’optimiser l’expérience sociale des utilisateurs, dans une optique d’engagement communautaire.

Le transmedia existe certes depuis plusieurs années mais il se voit évoluer avec l’essor de nouveaux designs et d’outils de création, renforcés par l’avènement des médias sociaux. Les supports mobiles, tels que les smartphones et les tablettes ainsi que les TV connectées seront sans doute amenés à être les prochains supports de storytelling pour les marques. Le monde virtuel et celui du transmédia n’ont donc pas fini de nous montrer leurs capacités !

Il est donc plus que jamais nécessaire pour les marques de choisir les bons canaux, d’adapter leur discours en fonction du canal, sans pour autant s’éparpiller et de savoir comment mesurer l’impact de leurs efforts.

sources : Le monde, InternetActu

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Twitter rachète TweetDeck et améliore ses notifications [Les jeudis Twitter]

Cette semaine, deux nouveautés Twitter ont fait le tour de la blogosphère : d’une part le rachat de TweetDeck confirmé par Twitter et d’autre part la mise en place de nouvelles notifications par mail.

Tweetdeck racheté par Twitter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Twitter a donc comme prévu (nous en avions déjà parlé sur le blog Kinoa en avril dernier) racheté TweetDeck, pour la coquette somme de 40 millions de dollars. TweetDeck, conçu par un développeur anglais en 2008 est l’un des clients Twitter principaux, qui a su devenir un poids lourd, puisqu’il comptabilise à lui seul près de 13% des tweets envoyés depuis une application tierce utilisant l’API du service de microblogging. Twitter a donc une fois de plus racheté une application qui commençait à capter une part croissante du trafic de son site web.

La raison officielle donnée par Twitter est la suivante : « TweetDeck fournit aux marques, aux éditeurs, aux distributeurs et à d’autres une plate-forme puissante pour suivre en temps réel les conversations qui les concernent. Afin de soutenir ce groupe important, nous continuerons à investir dans le TweetDeck que les utilisateurs connaissent et aiment » Seesmic et Hootsuite, n’auront qu’à bien se tenir !

L’autre actualité de la semaine est la mise en place de nouvelles notifications par mail pour les inscrits Twitter. Désormais, il est possible de recevoir des notifications par mail lorsque vous êtes mentionnés dans un tweet ou bien lorsqu’on répond à votre tweet. Cette notification n’existait pour l’instant que lors d’envoi de messages privés (les DM, messages directs).

Cette notification sera à mon avis surtout utile pour tous les débutants à Twitter qui n’avaient pas forcément remarqué la catégorie « Mentions » de l’outil, et  permettra donc une plus grande réactivité ! Il sera également possible de recevoir une notification lorsqu’un de vos tweets est rajouté en favori ou bien lorsqu’un de vos tweets est retweeté. Toutes les notifications se gèrent depuis les « Préférences » du compte puis dans la partie « Notifications ».

PARTAGEZ CET ARTICLE :

Youtube Election 2012 : un nouvel outil aux couleurs des présidentielles

Dans la course aux présidentielles, les candidats ont bien compris que les réseaux sociaux jouaient un rôle considérable. L’exemple d’Obama en 2008 à inspiré les candidats: ils partageront leur campagne, répondront aux questions, donneront leur point de vue sur l’une des plus grande plateforme interactive du web, Youtube. En effet Youtube se met au couleur de la France et de la politique pour participer très activement aux élections 2012.

A partir du 1er juin, les internautes pourront donc interargir avec les candidats que ça soit par texte ou par vidéos, une première en France. Un service est mis en place spécialement pour l’occasion, Youtube Election 2012.

Le premier candidat à se prêter à l’exercice est François Hollande. A partir du 1er juin il répondra à toutes les questions  des internautes pour renforcer la mobilisation.

Francois Hollande election 2012 Youtube

Avec un candidat tous les 15 jours, cela devrait non seulement dynamiser les présidentielles mais aussi permettre de toucher une cible différente de celle qui regarde les débats politiques à la TV. De plus, l’outil offre des possibilités de statistiques basées sur le nombre de recherches faites sur Google en fonction de chaque candidat.

C’est donc le véritable écosystème de Youtube que l’on retrouve sur l’outil, adapté à la politique : les vidéos sont classées en fonction du parti, puis par popularité, ancienneté et notation. On a aussi accès au actualités et aux interviews de tous ceux qui participent à la scène politique.

Il s’agira maintenant pour les équipes de candidats de savoir maîtriser l’outil avec précaution afin d’éviter toutes situations de crises d’e-réputation ou de phénomènes de bad buzz.

 

PARTAGEZ CET ARTICLE :

e>G8 Forum, c’est parti !

En quelques années, Internet a pénétré notre quotidien et a profondément modifié nos modes de vie. Il est partout et a tout bousculé.

Le Web participe au recul des dictatures, impose aux Etats plus de transparence, soutient très largement nos économies… Dans ce contexte nos dirigeants ne pouvaient plus ignorer le phénomène ou se contenter d’y répondre très imparfaitement avec des dispositifs tel qu’Hadopi.

Le e>G8 est donc une forme de reconnaissance d’Internet et aura pour but de nourrir la prochaine réunion des chefs d’État à Deauville de la vision et des réflexions des principaux acteurs du Web.

Dès mardi, sont donc notamment attendus aux Tuileries les patrons-fondateurs des trois géants américains Facebook, Google et Amazon (Mark Zuckerberg, Eric Schmidt et Jeff Bezos), Sean Parker (Founders Fund et créateur de Napster), Arthur Sulzberger Jr (président du New York Times), le magnat de la presse Rupert Murdoch, ainsi que les représentants d’eBay, de Twitter, de Microsoft, de PriceMinister, de Vivendi, d’Orange, d’Alcatel-Lucent, de Mozilla, de SFR ou encore de Gaumont.

Ce e>G8 ne devrait malgré tout pas servir à grand chose et le spectre de la régulation du Web devrait alimenter un bon nombre de débats.

Si vous souhaitez suivre ces derniers :

Pensez-vous que ce e>G8 sera utile ?

Le QR code, c’est quoi ? Quelles sont les applications marketing ?

Le QR code est déjà intégré depuis plusieurs mois dans les outils marketing de certaines entreprises. Si le nom de “QR Code” ou “Flashcode” ne vous dit rien, l’image ci-dessous vous parle sûrement plus.

Le code QR
Le QR code (en français code QR) est un code barre 2D dont le contenu masqué peut être lu très rapidement.  Ce qui le différencie d’un code barre “classique” est qu’il peut contenir beaucoup plus d’informations et est directement accessible depuis les Smartphones.  Pour que le QR code fonctionne, il faut télécharger une application via son mobile (par exemple Barcodes pour iPhone ou mobiletag pour Android).  Ensuite, il suffit de prendre une photo du flashcode et son contenu s’affichera immédiatement sur votre écran. Son utilisation est gratuite et illimitée.

fonctionnement du code qr

Le QR code connait un fort succès dans différents domaines du marketing. De nombreux exemples sont intéressants mais je m’arrêterais essentiellement sur deux points qui me semble fondamentaux.

Tout d’abord, le flashcode permet un support de communication ludique, très efficace et dynamique. En effet, le prospect étant redirigé directement sur des plateformes choisie par l’entreprise, celle dernière va pouvoir cibler au mieux et être encore plus proche de ses clients. De plus, les Smartphones sont aujourd’hui largement équipés pour rendre la lecture des sites mobile facile, agréable et plus ergonomiques.

C’est donc un outil numérique qui va garder en mémoire toutes les informations demandées. De cette manière, on prolonge la durée de vie de tous nos outils de communication tels que les flyers, affiches, publicités, ect. Toutes les informations utiles pour les clients sont ainsi à portée de main, rassemblées dans un Smartphone. En effet, le portefeuille numérique est non seulement un instrument ultra pratique pour le client comme pour les entreprises, mais permet aussi une interaction encore plus poussée : le QR Code favorise  le « bouche à oreille » numérique qui s’inscrit dans les nouvelles tendances marketing du moment.

On peut prendre l’exemple de la SNCF : avec une volonté d’adaptation aux nouvelles technologies, la SNCF tend à dématérialiser les billets de train. Les voyageurs n’ont plus qu’à réserver leur billet de train sur leur mobile et reçoivent directement sur celui-ci un QR code numérique. Les contrôleurs, équipés, peuvent lire et décrypter toutes les informations du QR Code, de la même façon que la version papier.

Dans un second temps,  cet outil permet de faire un lien réel entre marketing traditionnel et webmarketing. En effet les médias traditionnaux, comme la presse ou l’affichage, vont à présent pouvoir  mettre en avant uniquement leur QR code : toutes les données qu’ils jugeront nécessaires seront intégrées au flashcode mais masquées dans la publicité (comme un site, jeux, vidéos, ect.).

Dans la mesure où la capacité du code QR est très importante, les marques pourront diffuser un maximum d’informations sans encombrer leur espace de création publicitaire.  Cela leur permet d’avoir des publicités moins chargées en écriture et moins agressives pour le consommateur puisque cette fois il à le choix d’accéder, ou non, à la publicité.
Pour aller plus loin, le code QR peut permettre à certaines marques de  « montrer ce qu’on ne peut pas montrer » dans un affichage publicitaire publique, contournant ainsi la loi de la censure de manière légale. C’est ce que fait Calvin Klein,  dans une de ses dernières campagnes, où le flashcode géant conduisait directement les amateurs de la marque vers une vidéo un peu osée.


Code QR Calvin Klein dans la rue
publicite QR code pepsi max model publicite code QR jean denim

De cette manière, le QR Code procure un réel avantage aux marques laissant place à une nouvelle forme d’originalité et procure une nouvelle forme d’interaction avec le consommateur.

Néanmoins, plus proche des réseaux sociaux, il existe une application Facebook, ProfileCode, développée par une agence française, permettant d’intégrer un Code QR  à son profil. On peut s’interroger sur l’utilité de cette application sachant que sur Facebook de nombreuses informations ultra personnalisées existent déjà pour chaque membre (carte de visite, adresse mail, lieux, ect.). Dans cet exemple, le flashcode parait peu utile à moins que l’on puisse l’étendre à de nouvelles fonctionnalités à venir, qui sait ?  Ainsi, cet outil marketing ne semble pour le moment pas très pertinent.

Le QR Code attire la curiosité et surtout, donne un nouveau souffle au marketing. C’est un des rares outils permettant de lier le web 2.0 directement aux médias plus traditionnaux. Dans la mesure où il permet de lier n’importe quel lien avec un support numérique, les « consommacteurs » , de plus en plus nombreux aujourd’hui, favorisent la circulation de l’information en temps réel assurant la communication de votre entreprise. Néanmoins, il ne faut pas en abuser et diffuser des informations trop rébarbatives qui rendrait l’outil inintéressant pour le consommateur. Dans ce cas, il ne prendrait pas le temps de flasher le QR Code et la publicité perdrait tout son sens. Le QR Code devient alors pertinent lorsqu’il est jumelé avec une autre action marketing qui le soutiendrait.

Tentez l’expérience, flashez le QR Code de Kinoa et devenez fan ! Pour tous ceux qui ne sont pas équipés d’un Smartphone, rendez-vous sur la page facebook de Kinoa !

 

 

PARTAGEZ CET ARTICLE :