Archives mensuelles : février 2011

Jeux concours Twitter : 2 exemples de best practices

Quand il s’agit de réaliser des concours en ligne, Twitter est un véritable vivier de créativité pour les agences de communication et autres marketeurs en herbe. En effet, l’outil présente une certaine souplesse quant à l’organisation de tels jeux concours, contrairement à Facebook qui présente de nombreuses contraintes (dans le cas bien sûr où la marque a choisi de se plier aux règles de Facebook).

Twitter représente un fort potentiel d’exposition et de notoriété sur lequel peuvent s’appuyer les marques pour des événements spécifiques tels que le lancement de nouveaux produits. Les deux cas présentés ici, datant de fin 2010, ont la particularité de venir tous les deux de l’industrie automobile.

Volkswagen et les places de concert à São Paulo

Volkswagen a décidé de sponsoriser le plus grand festival de musique de São Paulo, Planeta Terra, l’occasion idéale pour eux de présenter leur voiture trendy, la Fox à un jeune public. La problématique était bien sûr de toucher plus que les gens présents à l’événement, de préférence avant le début du festival. L’agence Almap BBDO, a donc fait le pari de toucher toute la jeunesse de São Paulo.

Pour cela, ils ont mis en place des distributions de places gratuites pour le festival dans plusieurs endroits de la ville. Ils ont ensuite créé une plateforme virtuelle où les internautes pouvaient visionner la ville entière sur un plan Google Maps, tout en proposant un hashtag #foxatplanetaterra sur Twitter. La mécanique était alors des plus simples : plus il y avait de tweets contenant le hashtag en question et plus le zoom devenait important sur Google Maps. Ainsi, lorsque le zoom était au maximum, les personnes pouvaient découvrir l’emplacement des premiers tickets gratuits. L’opération a duré pendant 4 jours et en moins de 2 heures le hashtag #foxatplanetaterra était déjà en « trending topics » (sujet tendance) à São Paulo !

La présentation de l’opération en vidéo :

Jeep et les puzzles en Espagne et Portugal

Pour augmenter sa notoriété sur le marché espagnol et portugais, Jeep et son agence de communication Leo Burnett Iberia ont décidé de lancer le Jeep Puzzle, un jeu concours autour du thème du puzzle.

Le concept était d’utiliser l’ancienne mise en page du compte Twitter, avec son carré d’avatars de « following » situé en bas à droite pour créer une image de paysage à l’aide des différents comptes Twitter mis en place par Jeep pour l’occasion. Les plus rapides gagnaient alors des cadeaux et des goodies de la marque. Pour l’occasion, Jeep a ouvert pas moins de 371 comptes Twitter, dont 10 profils principaux (qui représentent les différents paysages à trouver).

L’opération en vidéo :

Le Marketing d’une Page Facebook en 2011 : l’ebook

L’agence Web américaine Hubspot vient de sortir un nouvel ebook particulièrement intéressant sur le marketing d’une Page Facebook en 2011. Avec les récentes évolutions des Pages Facebook datant de début février, il y a fort à parier qu’un certain nombre de marques et de webmarketeurs vont devoir s’affairer sur leur Page Facebook ! Ce manuel peut donc servir de base pour tous ceux d’entre vous qui gèrent une Page Facebook, ou qui aimeraient en savoir un peu plus sur le marketing Facebook. Seule condition : comprendre l’anglais !

ebook Facebook Hubspot

En voici le sommaire :

  • Les erreurs les plus fréquentes sur Facebook
  • A qui appartient une Page Facebook ?
  • Est-ce que ma cible potentielle est sur Facebook ?
  • Quelle devrait être la fréquence de mise à jour de ma Page ?
  • Les onglets personnalisés
  • Comment recruter des fans sur Facebook ?
  • La ligne éditoriale de ma Page
  • Les derniers changements de Facebook
  • Comment trouver des clients sur Facebook ?
  • La géolocalisation avec Facebook
  • Comment utiliser les concours sur Facebook ?
  • Exemple de best practices et success stories

Suivez ce lien pour télécharger l’ebook ! Et dites-nous ce que vous en pensez…

Twitter, une commodité comme l’eau courante ? [Les Jeudis Twitter]

Ce billet reprend l’article de Pamela Parker daté du 14 février 2011 publié sur le blog Search Engine Land.

_______________

Twitter aussi important que l'eau courante ?

« On devrait être en mesure d’accéder à Twitter n’importe où, depuis n’importe quelle plateforme, et l’interface doit être utilisable immédiatement. » C’est ce qu’a déclaré le PDG de Twitter, Dick Costolo en exposant la vision d’avenir de la société lors de la conférence Mobile World de Barcelone, allant jusqu’à comparer le service à l’eau courante.

« Ça doit être comme l’eau. C’est utile instantanément. C’est simple. Je n’ai pas à ré-apprendre comment utiliser l’eau, a-t-il dit à l’auditoire. « C’est toujours présent. »

Dans ce but, Costolo et le reste de l’équipe de Twitter ont rencontré des opérateurs mobile, ainsi que des fabricants de plateformes mobile, afin de s’assurer que le service soit intégré à l' »expérience consommateur » sur un grand nombre d’appareils.

Aujourd’hui, 40% des tweets sont envoyés à partir de plateformes mobiles, a dit Costolo, en ajoutant que 50% des utilisateurs de actifs de Twitter sont actifs sur plus d’une plateforme.

Costolo a souligné l’intention de Twitter de fournir à l’utilisateur lui-même son service sur ces plateformes, plutôt que de le céder à des applications tierces (une d’elles, Tweetdeck, a d’ailleurs été récemment acquise par ÜberMedia pour 30 millions de dollars). Une grande part des efforts visant à devenir omniprésent, sera sans doute la traduction des applications et du site en dans d’autres langues (contrairement à Facebook, Twitter existe seulement en 7 langues). Costolo a déclaré qu’ils allaient faire appel au « crowdsourcing » pour les traductions en russe, indonésien et turc, et qu’ils prendraient en charge eux-mêmes la traduction de Twitter en portugais.

En ce qui concerne son potentiel à générer des revenus, selon Costolo, les entreprises ont déjà trouver en Twitter un précieux service clientèle et un outil formidable pour les stratégies de marque. « Tout ce que nous avions à faire était de leur fournir une capacité d’améliorer leur communication, et c’est ce que nous avons fait », dit-il, sans mentionner spécifiquement les tweets sponsorisés ou les tendances sponsorisées.

Costolo a souligné l’impact que Twitter a déjà eu sur un secteur, la télévision : le service ainsi que l’interaction sociale en temps réel qu’il a généré, a permis de réduire l’impact du DVR (enregistreur vidéo numérique) et des programmes regardés en différés. « En raison de ce contexte social« , dit-il, » les gens commencent à se remettre à regarder toutes sortes de programmes télé en temps réel. »

« Quand la série télé Glee passe aux États-Unis, au l’instant où l’épisode commence, les tweets par minute au sujet de Glee augmentent jusqu’à 30 fois, » dit Costolo, ajoutant que le nombre de tweets reste au même niveau jusqu’à ce que l’épisode de la série se termine.

Costolo a minimisé l’importance de Twitter dans les événements récents en Tunisie et en Egypte, en attribuant au contraire les changements aux gens qui avaient trouvé le moyen d’utiliser les technologies à leur disposition. Si Twitter était comme l’eau dans laquelle nagent les poissons, Costolo a déclaré, en empruntant à l’auteur David Foster Wallace, ils cesseraient de remarquer son existence. « Twitter sera comme l’eau, » dit-il, « et tout ce que nous verrons ce seront nous-mêmes. »

PARTAGEZ CET ARTICLE :

LeR3 : un événement dédié à lʼentreprenariat et à lʼinnovation #R3 !

C’est nouveau, c’est au Sud, c’est organisé par RivieraCube, il faut y aller !

Lʼassociation RivieraCube, communauté des acteurs azuréens de lʼéconomie du numérique, fête sa création en organisant LeR3, un évènement dédié à lʼentreprenariat et à lʼinnovation, du 17 au 20 mars prochain à Sophia Antipolis.

LeR3 a pour objectif de rassembler pendant 3 jours, à lʼoccasion de 3 évènements complémentaires, les acteurs du numérique et de mettre en place une dynamique high-tech sur les idées et les projets.

Au programme, une soirée Open Coffee (jeudi 17 mars à partir de 18h), un Barcamp (vendredi 18 mars, de 11h à 18h) et un Startup Weekend (samedi 19 et dimanche 20 mars) qui s’enchaîneront afin dʼoffrir au plus grand nombre lʼoccasion dʼapprendre, de confronter ses idées et de les partager.

LeR3, cʼest également lʼopportunité de rencontrer et de confronter ses points de vue avec des intervenants experts :

  • Pierre Haski, fondateur du site dʼinformation Rue89,
  • Pierre-Olivier Carles, serial entrepreneur,
  • David Bizer, Chief Talent Geek chez Hackfwd,
  • Julien Bonnel, auteur du blog Marketing et Technologies,
  • Pierre Chappaz, créateur de Wikio et de Kelkoo.

Et également plusieurs représentants de lʼIncubateur Paca Est, des spécialistes du crédit impôts recherche, des professeurs, des conférenciers et bien dʼautres surprises.

Outre TechCrunch France, Hackfwd, Silicon Sentier; de prestigieux sponsors parrainent LeR3 dont Astek Startup Program, DSO, Everything4mobile, PacaJob, Skema Executive, Tequilarapido, Ventury Avocats…

Lʼévènement sera diffusé en direct sur le site de lʼassociation, ainsi que sur le fil Twitter @R3 (http://twitter.com/r3) et lʼutilisation du hashtag #R3 permettra aux internautes nʼayant pu se déplacer de suivre le livetweet de lʼévénement.

Sophie Gironi est l’une des instigatrices de l’événement.

Une newsletter dévoilera peu à peu les détails des différents événements.

Inscription sur le site : http://www.rivieracube.org

« E-Réputation, Stratégies d’influence sur Internet » – le livre !

« Internet est devenu le lieu par excellence de la fabrication de l’opinion publique. Politiques, entreprises, acteurs de la société civile et particuliers s’y pressent pour faire valoir leurs positions. »

Edouard Fillias et Alexandre Villeneuve ont co-écrit un ouvrage sur l’e-réputation et les stratégies d’influence sur Internet.

J’avais envie d’en savoir plus, je les ai interviewé. Merci à eux pour leurs réponses !

1. Bonjour Alexandre, Edouard, vous venez de sortir un livre : « E-Réputation – Stratégies d’influence sur Internet ». Comment vous est venue l’idée de cet ouvrage ?

Très rapidement, nous avons pris conscience de la nouveauté des concepts que nous brassions pour nos clients. Dès lors l’idée est venue d’en faire une synthèse dans un livre. Mais évidemment comme toujours le temps nous a manqué et il a fallu 3 ans pour que cela murisse et qu’on se motive à l’écrire. Entre-temps, nous commencions à nous défouler sur notre blog e-reputation.org.

2. L’e-réputation a été l’un des buzzword 2010, mais ce concept n’est-il finalement pas un peu galvaudé ?

Cela fait quelque temps que l’on parle d’E-Réputation http://goo.gl/42TTZ, notre blog date de 2008 tout de même. Cependant, il est vrai que le terme E-Réputation peut définir de nombreux concepts, l’un des objectifs de notre livre est justement de donner un cadre de discussion.

3. En quoi l’e-réputation est-elle importante pour monsieur et madame tout le monde ?

L’E-Réputation concerne aujourd’hui tout le monde. Evidemment les enjeux ne sont pas de la même importance pour tous. Certains doivent juste vérifier qu’aucune photo compromettante ne traine sur Facebook, d’autres vont aller plus loin en développant de vraies stratégies de marque personnelle (ou Personal Branding) avec blog, réseautage Viadeo/Linkedin/Facebook…

4. Que trouve-t-on dans votre ouvrage ? Que va-t-on y apprendre de plus que ce que nous pouvons obtenir sur les nombreux blogs dédiés à l’e-réputation ?

Si vous êtes bon veilleur et que vous avez « tout vu, tout lu » sur ce sujet, vous découvrirez sans doute peu d’informations. Mais le format livre a l’avantage de synthétiser et d’organiser l’information en dehors du flux, une prise de distance salvatrice dans l’ère du « temps réel ».

5. Je suis une marque et je veux me faire une idée de mon e-réputation. Par quoi dois-je commencer ?

Encore aujourd’hui, le moteur de recherche est la principale porte d’entrée sur une marque. Dès lors, il suffit de vérifier les résultats des moteurs de recherche à sa (ou ses) marque(s) et de détecter les avis qui peuvent porter atteinte à sa réputation. Après, lorsqu’un internaute souhaite avoir un avis sur une marque, il ira souvent chercher plus loin et tapera dans Google « marque + avis » ou « marque + forum ». Ces premiers résultats doivent être sérieusement analysés, et il n’est pas rare que les marques ne se reconnaissent pas, l’insatisfaction étant souvent plus visible que le contentement.

6. Question similaire, mais cette fois pour un cadre ou un jeune diplômé à la recherche d’un emploi. Pourquoi faut-il que je m’intéresse à ma e-réputation ?

Aujourd’hui, dans de nombreux secteurs les employeurs ne se contentent pas d’un CV et d’un entretien pour recruter. Ils vont directement « Googler » les demandeurs d’emplois pour confirmer ou infirmer leurs idées sur une personne. Un commentaire politique sur un site de presse, une photo sur Facebook… de nombreuses petites choses parfois anodines peuvent faire pencher la balance du mauvais côté.
A l’inverse, Internet est aussi un très bon moyen de maintenir ou développer son réseau professionnel, la recommandation restant de tout temps la meilleure voie pour la recherche d’emploi.
Pour ceux, qui veulent aller plus loin, Internet est aussi un moyen de démontrer son expertise (et sa passion) avec un blog par exemple.

7. Je suis un homme politique. Quels seraient vos trois principaux conseils pour défendre ma e-réputation ?

D’abord, soyez sincère : montrez-vous tel que vous êtes et n’essayez pas, sous prétexte qu’il s’agit du web, de vous « jeuniser » excessivement
Ensuite, donnez des preuves de vos paroles. Engagez-vous : montrez que derrière vos engagements, il y a une réflexion, des écrits, des rencontres…
Enfin, tentez d’associer, le plus possible, les internautes à vos questionnements. Fédérer est la clef du succès politique, sur Internet aussi.

8. Si mon e-réputation s’avère être positive, dois-je tout de même agir ? Et si oui, que dois-je faire ?

Une e-réputation totalement positive c’est en réalité plutôt inquiétant. En effet, c’est d’une certaine manière un indicateur d’un manque de notoriété, être populaire entraîne obligatoirement des détracteurs ou des déceptions.
Pour une marque l’objectif est alors d’obtenir un ratio prescripteurs/détracteurs positif pour que la confiance globale ne soit pas rompue.

9. Si Google n’existait pas, parlerions-nous autant d’e-réputation ?

Google est (surtout en France avec 90% de PDM) la porte d’entrée principale de l’E-Réputation. Néanmoins, alors que les moteurs datent de la fin des années 2000, le terme E-Réputation est réellement apparu en 2008. C’est bien plutôt l’avènement du web participatif qui est à l’origine de ce concept d’e-réputation.

10. En quoi les médias sociaux ont-ils impacté la e-réputation des marques ?

Le web participatif est une réalité concrète, les internautes discutent des marques sur les media sociaux (Facebook, Forum…). Toute marque se voit obliger de rentrer dans le flux de la discussion à la fois pour répondre aux détracteurs, mais plus souvent pour établir des relations privilégiées avec ses communautés. Un métier nouveau est même né, le « community manager ».

11. Pour finir, pouvez-vous donner 3 arguments qui vont nous convaincre d’acheter votre ouvrage ?

C’est le premier livre « tout-en-un » sur le sujet (veille, community management, buzz, Droit…). Pour autant, cela reste un manuel pratique. Il a aussi l’avantage d’être écrit à deux, avec des profils complémentaires, ce qui lui donne une teinte particulière.

Pouvez-vous également préciser vos parcours respectifs?

Edouard : Edouard Fillias, Directeur associé de l’agence Image & Stratégie. Je conseille entreprises et politiques pour leurs stratégies de veille et d’E-Réputation. Intervenant à HEC, j’ai été chargé de cours à l’IEP de Paris et à l’école des Hautes Etudes Internationales (HEI).
http://twitter.com/edouard_fillias

Alexandre : Consultant en visibilité dans les moteurs de recherche (SEO) et les réseaux sociaux. Je suis aussi président de l’association des référenceurs SEO Camp, qui organise notamment chaque année son « campus » (deux jours de conférences les 1-2 mars). Cette année nous recevrons d’ailleurs de nombreux intervenants, dont deux personnes de l’équipe « Qualité de recherche » de Google (basée en Irlande et rare en France).
http://twitter.com/referencement
Blog http://e-reputation.org // Site du livre http://livre.e-reputation.org