La blogosphère est-elle en voie d’extinction ?

Dans un récent article « Blogs : le tweet au top, le post peste« , Libé revient sur une étude du Pew Research Center qui révélait que la jeunesse américaine se détournait en masse des blogs, leur préférant les réseaux sociaux.

En à peine 3 ans, le nombre de 12-17 ans actifs sur un blog se serait réduit de moitié. Ils étaient 14% à bloguer l’année dernière, contre 28% en 2006.

Facebook serait la principale cause de cette défection. La publication y est plus facile et donc quasi immédiate. Twitter par contre n’attire que 8% d’entre eux.

Le Web en temps réel aurait donc tué le blog à papa qui demande du temps et des efforts non négligeables pour être maintenu.

Sauf que l’immédiateté ne colle pas forcément avec l’analyse, le recul, la réflexion. Alors bien sûr, il n’est pas étonnant que les ados préfèrent l’immédiateté et le côté ludique de Facebook.

Toutefois, en déduire que la blogosphère est en voie d’extension serait à mon avis plus que prématuré.

Elle a tendance au contraire à devenir plus « mature et professionnelle ». De plus en plus d’entreprises découvrent les avantages à animer un blog en termes de communication, de visibilité, de recrutement, de veille, d’e-réputation… Le blog est en plus un excellent moyen de comprendre et se former aux médias sociaux. Le blog peut en effet se positionner parfaitement au coeur d’une stratégie sur les réseaux sociaux. Nous avions réalisé une illustration qui schématisait parfaitement cela « Dopez votre présence en ligne« . Le blog n’est donc pas incompatible avec Twitter et Facebook, bien au contraire…

Lire également : Pourquoi bloguer, comment bloguer et comment faire connaître son blog à titre professionnel ?

Articles similaires

3 comments

  1. Ping : Mes tweets de la semaine – 2010-02-28

  2. halford il y a 6 années 

    j’aime bien la conclusion.

  3. marjev il y a 6 années 

    Belle conclusion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 4 = deux