Twitter en France : les chiffres !

Alors que Twitter a été incontestablement l’une des stars du Net en 2009, il est intéressant en cette fin d’année de faire le point sur son utilisation en France.

Une étude Ifop pour l’Atelier-BNP Paribas, nous apprend que la popularité du réseau social a connu une progression phénoménale en moins de 2 ans. Aujourd’hui, ce serait plus de 60 % des français qui connaîtraient Twitter (panel de 1 025 internautes interrogés). Par contre, ils seraient « seulement » 9 % à l’utiliser.
Twitter en France

Selon la société de mesure d’audience ComScore, 1,5 million de personnes auraient visité Twitter en octobre 2009. Un chiffre à mettre en perspective par rapport aux 78.000 visiteurs uniques dénombrés en octobre 2008 !

Les femmes seraient majoritairement utilisatrices de Twitter  (11% contre 7% pour les hommes), tout comme les jeunes de moins de  35 ans (12%), les cadres (14%) et les habitants de l’Ile-de-France (14%).

90% du contenu sur le service serait produit par seulement 10% de ses utilisateurs.

Alors que pour une très grande majorité Twitter est utile pour obtenir des bons plans, des promotions, partager avec sa communauté ou encore pour diffuser de l’information en exclusivité, une grande majorité (50 % de ses utilisateurs et 73 % des Internautes), trouvent paradoxalement que ce réseau social est éphémère et qu’il s’agit d’un épiphénomène !

Et vous, vous en pensez quoi ?

Plus de détails à lire sur Le Figaro ici et , ainsi que sur ITespresso.fr.

Articles similaires

7 comments

  1. Bruno GONZALVEZ il y a 6 années 

    @Stephane
    J’ai dû mal m’exprimer 😉 je pense moi aussi qu’il y a plus de bon que de mauvais sur Twitter aujourd’hui, mais je dis aussi que les premiers à s’en être servis ainsi qu’une bonne partie des plus « gros » participants ont donné (et donnent encore parfois, hélàs) une mauvaise image du système en véhiculant du bruit davantage qu’autre chose.

    Ne m’obligez pas à donner des noms :-) je ne veux pas me fâcher avec des gens que j’apprécie par ailleurs 😉 mais force est de constater qu’entre le match de foot retranscrit quasiment en direct, les « non-informations » qui n’intéressent personne (« J’arrive bientôt à la boulangerie, j’espère qu’il leur reste des croissants ») ou encore les monologue auto-promotionnels, je trouve que certains n’ont pas encore pris la pleine mesure de Twitter. Et pourtant, ces mêmes personnes sont suffisamment impliquées dans le Web 2.0 notamment pour en saisir tout le potentiel.

    Maintenant, je sais que ça change, je sais aussi que certains ont préféré abandonner Twitter, lassés qu’ils étaient de raconter des banalités à longueur de journée. Même eux n’y voyaient plus d’intérêt, et ils ont alors choisi de passer à autre chose alors qu’il leur aurait suffit de revoir très légèrement leur propre approche.

    Cependant, je reste confiant. Twitter ne sera jamais la « killer app » que d’aucuns pressentaient avec un peu trop d’enthousiasme, mais il deviendra malgré tout un outil qui aura sa place dans les stratégies de communication en ligne, l’e-reputation et la relation client.

    Quant au livre sur Twitter, ce n’est pas le mien. C’est celui de Laurent Dijoux et je n’ai eu que le privilège de l’éditer. Et pour la petite histoire, si je l’ai fait c’est parce que, justement je faisais partie des gens qui ne voyaient pas de réel intérêt à Twitter, mais ce bouquin m’a fait changer d’avis :-) Comme quoi, si on y met du sien, et qu’on est prêt à prendre le temps d’expliquer aux gens ce qu’ils ont réellement sous la main, alors tout est possible. Même de me faire changer d’avis, c’est dire… 😉

    Bruno

    1. Stéphane Truphème il y a 6 années 

      Oui je suis assez d’accord, maintenant twitter est aussi à notre image et des conversations autour d’un match de foot peuvent engager certains participants (et en décourager d’autres) 😉 Finalement c’est aussi ce côté humain qui est sympa. A chacun son twitter, rien n’impose de suivre les participants qui tweetent sur la vie de leur hamster. Bon ok, cela génère beaucoup de bruit pour rien, mais c’est tout de même moi pire que le spam.

  2. Bruno GONZALVEZ il y a 6 années 

    Le souci c’est que les premiers utilisateurs « historiques » de Twitter en France n’en ont pas donné une image très professionnelle. Entre les massages sur leur vie personnelle, les anecdotes sans grand intérêt (sauf pour eux ou pour leur « cour » de fidèles) ou les (fausses ?) rumeurs, un grand nombre des principaux posteurs sur Twitter génèrent plus de bruit que d’informations. Résultat, ceux qui sont venus ensuite ont eu le sentiment de tomber sur une sorte d’IRC nouvelle génération favorisant l’égocentrisme et la perte de temps. Alors ils sont repartis…

    C’est dommage parce que Twitter a réellement un potentiel en terme des networking et de business. Un bouquin vient de sortir là-dessus : http://www.editions-alambic.com/businesstwitter.php

    Il faut juste repartir sur de bonnes bases et faire un peu de pédagogie auprès des cyberworkers notamment. Après, ça fera boule de neige et il en sortira très probablement quelque chose d’intéressant à long terme.

    Bruno

    1. Stéphane Truphème il y a 6 années 

      @Bruno je vous trouve un peu négatif, il y a déjà du très bon sur Twitter. Les marques doivent encore trouver leurs marques (sic !), mais globalement les échanges y sont déjà intéressants mais en effet l’expérience et le temps devrait encore améliorer tout ceci.

      Je ferais bien un note de lecture de vote livre : http://www.editions-alambic.com/businesstwitter.php :)

  3. misterclem il y a 6 années 

    Merci pour ce billet et ces infos!

  4. Cédric DENIAUD il y a 6 années 

    Ces chiffres n’ont pas de sens si on s’arrête aux données brutes. Il faut voir le nombre d’utilisateurs actifs. Pour un service faisant appel à la participation des internautes, les visites voire mêmes comptes créés n’ont pas de sens, surtout compte tenu du buzz médiatique qui fausse la donne de l’adoption réelle de ce service en France…

    1. Stéphane Truphème il y a 6 années 

      @Cédric c’est vrai que les visites ou le nbre de créations de comptes n’ont que peu d’importance pour ce type de service. Il n’est toutefois pas inintéressant de savoir que 60 % des Internautes interrogés connaissent Twitter, que beaucoup le considèrent comme peu viable (c’est pas mon avis). Qu’ils sont uniquement 9 % à s’en servir régulièrement, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 1 = huit