Comment les marques et leurs agences peuvent agir sur les médias sociaux ?

Une récente étude proposée par Nielsen nous apprend (sans trop de surprise) que le Web social a été incontestablement le phénomène Internet majeur en 2008.

Cette étude tente d’analyser ce phénomène afin d’apporter des insights et conseils aux marques pour qu’elles puissent mieux communiquer avec leurs clients grâce aux réseaux sociaux.

En se plaçant devant l’email, les réseaux sociaux et le blogging représentent aujourd’hui la quatrième activité la plus populaire sur le Web !

Le temps passé sur les réseaux sociaux augmente trois fois plus vite (63 %) que le temps moyen passé sur le Net (18%).

Facebook connaît quant à lui une augmentation spectaculaire du temps qui lui est consacré par ses utilisateurs : +566% !

Une autre donnée intéressante est l’augmentation de l’âge moyen des utilisateurs. Il y aurait aujourd’hui autant de 35 – 49 ans sur Facebook que de 18 – 34 ans.

neilsen

Comment les marques et leurs agences peuvent agir sur ces médias sociaux ?

Les réseaux sociaux et les annonceurs ont des intérêts communs. Les premiers ont besoin de l’argent des seconds et les seconds se doivent d’aller là où leurs consommateurs se réunissent.

Toutefois les consommateurs sont extrêmement méfiants vis-à-vis de la publicité sur les médias sociaux et la considèrent comme trop beaucoup trop intrusive.

La bonne formule reste donc encore à trouver. La diversité et la nature très personnelle des échanges sur les médias sociaux rendent la publicité traditionnelle (bannière ou publicité contextuelle par exemple) peu adaptée.

Neilsen propose trois principaux ingrédients qui devraient être un bon début de réponse :

Conversation :

Le modèle qui fonctionnera le mieux sera conversationnel. Un modèle « push » plus traditionnel est fortement déconseillé. Le fait que les internautes produisent du contenu sur le Web social conduit à une appropriation forte du média qui devient presque un « objet personnel ». Dans ce contexte les annonceurs ne peuvent que participer en discutant et en échangeant intelligemment avec leurs consommateurs et non en imposant un message publicitaire.

Ils doivent prendre part à la conversation sans être intrusifs.

Authenticité :

La transparence et l’authenticité sont également des facteurs clés de la réussite. Alors que le terme « faux » est aujourd’hui le plus souvent associé à la publicité par les consommateurs, l’authenticité, la transparence et la modestie sont essentielles pour éviter un bad buzz sur les médias sociaux.

Valeur ajouté :

Les médias sociaux sont essentiellement utilisés pour apporter une plus-value à son environnement (qu’elle soit professionnelle, le blog kinoa par exemple permet de partager une expertise – ou totalement personnelle, nous sommes sur Facebook pour nous amuser et rester en contact avec  notre réseau d’amis par exemple).

Les marques doivent par conséquent suivre cette même philosophie et offrir une valeur ajoutée à travers leur participation sur les médias sociaux.

Tout ceci demande bien évidemment beaucoup de temps, de patience et d’investissement.

Vous pouvez télécharger l’étude complète sur le site de Nielsen.

Source : Mashable

Articles similaires

2 comments

  1. Ping : L’empreinte des réseaux sociaux s’élargit | Zéro Seconde

  2. Ping : imagiin - le Blog » MERCROCOSME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + = dix